le direct Musique sacrée

Le parcours GO/No G o: une « pré » préparation au mariage

Ecclesia magazine – La Paroisse Sainte Cécile de Boulogne propose un nouveau chemin de préparation en vue du mariage : le parcours Go-No Go, chapoté par le Père Barthélémy et Anne de Lamothe. Une étape antérieure à l’habituelle préparation au mariage.

Plutôt qu’une véritable préparation au mariage, le parcours « GO/No Go » se définit comme une étape de « pré »-préparation.

« Lorsque les jeunes arrivent pour la préparation au mariage, beaucoup de choses sont déjà engagées : ils ont prévenu leur famille, réservé la salle…on les prépare au mariage mais il n’y a pas d’étape pour le discernement« , explique le père Barthélémy, en charge du parcours. « La pression la plus forte est la pression psychologique, le regard de l’entourage, qui rend peu possible une démarche.« 

Pourtant, la préparation au mariage doit être le temps pour choisir et discerner, être encore libre de dire « non ». L’intérêt d’une étape antérieure, reconnue par Jean Paul II dans Amoris Laetitia, c’est donc de permettre au couple de choisir s’il désir ou non cheminer vers le mariage, donc cheminer vers une préparation au mariage, et ce avant toute annonce faite à l’entourage.

Anne de Lamothe explique : « beaucoup de duos vivent déjà ensemble. On va les faire réfléchir sur ce qu’ils partagent au quotidien et la place qu’ils laissent à l’autre« . « Certains ne savent pas pourquoi ils ne vont pas plus loin, ne se posent pas les bonnes questions : ils restent dans une situation confortable« , souvent par peur de l’engagement et de la rupture.

Le parcours s’organise en six soirées espacées sur deux mois (du 13 février au 12 mars 2018), qui proposent des témoignages, des temps de réflexion, et dont la première étape débutera par un test de personnalité. L’idée étant de « faire tomber les masques », de mieux se connaître pour choisir en vérité et le plus librement possible. « Le côté un peu romantique est un fondement insuffisant pour le mariage. On  peut aimer passionnément quelqu’un avec qui on n’est pas capable de vivre. L’amour demande d’être lié à trois autres choses : les valeurs partagées (une représentation homogène du monde), une compatibilité psychique et un projet de vie commun », explique le père Barthélémy.

Un parcours ouvert à tous, paroissiens ou non, qui débutera le 13 février.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *