le direct Musique sacrée

Benoît XVI, prophète de son temps ?

Jean-Maire Marçais reçoit Nicolas Diat, journaliste, Christophe Dickès, historien du catholicisme et Caroline Pigozzi, grand reporter à Paris Match et vaticaniste, pour fêter l’anniversaire du pape émérite Benoît XVI.

Tous se rappellent du moment où ils ont estimé que Joseph Ratzinger serai le future pape. Pour Caroline Pigozzi c’était à un concert : « ce qui ‘avait beaucoup impressionné, c’est le concert qu’il avait présidé quelques mois avant son élection ». En parlant de musique, il a imposé un certain charisme qu’on ne lui connaissait pas. Lech Walesa alors présent aurait dit à sa femme qu’il était peut-être le prochain pape. Pour Nicolas Diat : « les choses se sont faites, je pense, de façon assez simple, naturelle et évidente ». Et d’ajouter que le cardinal avait une sorte d’autorité naturelle. Un vaticaniste avait dit à Christophe Dickès qu’il n’avait aucune chance, deux semaines avant le conclave.

L’homme qui ne voulait pas être pape

C’est le titre du livre de Nicolas Diat. Les trois invités rappellent que Joseph Ratzinger suivait le pape Jean-Paul II depuis 1982 et avait proposé plusieurs fois sa démission. Sa volonté était de retourner en Allemagne pour passer une retraite à écrire des livres et faire de la théologie. Mais le conclave en a décidé autrement. Il l’a lui même dit dans son dernier livre : « le couperet de la guillotine est tombé ». Dans l’homélie d’entrée en conclave, Charles Dickès note qu’il donne une indication en cas d’élection : je ne changerai pas et resterai un théologien et un enseignant. Il a tenu parole.