le direct Musique sacrée

Se préparer à la dépendance

Comment préparer une future situation de dépendance en cas de maladie, handicap ou grand âge ? On vous donne tous les conseils avec : Maître Philippe Bourdel, notaire, et Maître Adrien Saporito, avocat spécialiste de la famille.

La dépendance n’est pas une situation facile. « On ne veut pas y penser parce que ça parle de notre finitude, de nos ennuis de santé, ça parle d’une période ou on ne sera plus capable soit-même de réaliser la situation et donc c’est très compliqué », acquiesce Philippe Bourdel. Quand il conseille à des familles d’y réfléchir, le message est entendu mais pas appliqué. « On recule l’échéance », assure-t-il. Un avis partagé par Adrien Saporito.

dependanceL’incapacité kézako ?

L’incapacité est un régime juridique précisé dans le droit français. Adrien Saporito en donne la définition : « c’est l’altération des facultés mentales et, ou, corporelles qui va empêcher l’expression de la volonté ». Là encore passer le cap d’entrer dans ce régime, ou d’y faire entrer un membre de sa famille, est difficile. C’est un médecin qui qualifiera l’incapacité et le degré de protection qui lui convient. Il doit être listé par le procureur. Un juge de tutelle tranchera ensuite. « Ces médecins sont formés pour cela », rassure maître Bourdel. Ils prennent en compte la difficulté de traiter ce sujet. L’incapacité peut être dû à la vieillesse, la maladie, chez l’enfant comme chez le majeur.

En parler avant

Ce que les deux invités conseillent, c’est d’en parler avant. « Ça se fait en famille », explique le notaire. La décision doit être prise à plusieurs. La famille à un rôle important par l’éducation. Si les enfants ne sont pas éduqués à prendre soin des plus fragiles, personne ne prendra soin d’eux quand ils en auront besoin. Pour préparer l’entrée en dépendance, des moyens légaux ont été ajoutés en 2007. Ils visent à trouver une voie médiane entre accroissement du nombre de personnes possiblement dépendantes avec le vieillissement de la population et désengagement de l’Etat ou saturation des tribunaux. Il existe le mandat de protection future et l’anticipation de la personne chargée de sa futur protection. Il est aussi conseillé de faire son testament avant.