le direct Musique sacrée

Quoi, quand et comment donner : des astuces pour parler de l’argent aux enfants

En Quête de Sens se penche aujourd’hui sur l’argent de poche. La question est plus compliquée : comment éduquer les enfants à la valeur de l’argent, faut-il le faire ? Éléments de réponse avec Sophie-Charlotte Deboes, conseillère conjugale au Cler Amour et Famille et Stéphanie Dugon, psychanalyste.

Le constat est identique pour les deux invitées : parler d’argent avec les enfants n’est pas chose aisée. « C’est compliqué pour les parents de savoir quoi donner, quand donner, comment donner », explique Sophie-Charlotte Deboes. Stéphanie Dugon précise l’échelle française moyenne : 2€ par semaine avant cinq ans, 5€ entre 7 et 10 ans, 10€ entre 10 et 15 et 20€ par semaine au-dessus de 15. La comparaison internationale peut être intéressante. Les Allemands démarrent moins haut mais arrivent aussi à 80€ par mois à la fin. « Il y a un gap (trou) à l’âge de sept ans », explique la psychanalyste. Avant cinq ans, la question est surtout celle de l’accompagnement de l’enfant.  Avec l’apprentissage du comptage, il y a une évolution et un gain de liberté.

Un besoin d’éducation

Toutes les familles n’ont pas la même façon de gérer ce problème. Entre celles où on en parle librement et ou c’est juste évoqué. « C’est très souvent tabou », indique Stéphanie Dugon. Et de continuer : « je pense que c’est important de les éduquer, de leur faire prendre conscience de ce qu’il y a derrière, de la valeur de l’argent ». Sans éducation et accompagnement des parents, il y a un risque que l’enfant se retrouve dans sa vie d’adulte avec des envies et des actes qui seront punis par la loi, comme le vol notamment. Il faut choisir entre décider si l’argent se gagne ou se mérite. Stéphanie Dugon trouve qu’il y a plus de sens à gagner cet argent que de le mériter pour des bonnes notes. Sophie-Charlotte Deboes, va en ce sens et propose de discerner entre ce qui est un service « normale » de la famille, qui ne permet pas de gagner de l’argent, et un service plus exceptionnel qui peut déboucher sur une rétribution. C’est en tout cas aux parents de décider, ensemble, quoi faire et d’en parler, à un moment avec les enfants.