le direct Musique sacrée

Yann Arthus Bertrand : Laudato Si, c’est complètement altermondialiste !

Yann Arthus-Bertrand, écologiste engagé, a souhaité contribuer à l’Encyclique du Pape François, en y ajoutant ses photos « vue du ciel ». L’occasion de redécouvrir Laudato Si. 

Photo YArthus-Bertrand©Quentin Jumeaucourt

Il n’est pas catholique, quoique son éducation, reçue dans une famille marquée par la foi, a dû laisser des traces. Yann Arthus-Bertrand le dit, la conversion écologique sera spirituelle. A croire qu’il revient aux religions d’avoir l’apanage de notre planète, « en même temps, vous prenez l’économie, l’économie ne veut que la croissance. On n’arrêtera pas la croissance parce qu’on est 7 milliards 800 millions qui veulent consommer et notre civilisation est basée sur ce « il faut acheter ». C’est ce que dis très bien Pepe Mujica, ancien président uruguayen, dans Human« .

C’est à partir de cette idée que l’écologiste va vouloir mettre son talent de photographe au service de Laudato Si et de Sœur Ida, il ne s’en cache pas d’ailleurs: « je cherchais à trouver un financement pour un orphelinat  dont je m’occupe à Brazzaville. Les gens que  j’admire le plus autour de moi, ne sont quasiment que des religieux ou des religieuses. »

Mais pourquoi alors Laudato Si ? « Mais parce que c’est complètement altermondialiste, je me suis senti proche de cette Encyclique et j’ai même été surpris de voir que dans le milieu écolo tout le monde la connaissait, à mes yeux c’est un des plus grands textes sur l’écologie écrit par un chef d’Etat ». Laudato Si ou l’écologie superficielle, « la petite écologie« , c’est une idée que l’explorateur défend depuis toujours, « il y a aussi cette recherche entre l’écologie et la dignité humaine, c’est vraiment important ».

Le réalisateur de Human est persuadé que la révolution écologique ne pourra se faire que par des valeurs : « l’empathie, l’honnêteté, la morale, c’est quand même des valeurs que défendent les catholiques, ces valeurs là me plaisent, et je suis sûr qu’elles permettront d’aider notre monde et notre environnement. »

web-book-cantico-yann-arthus-bertrand-expo-tvdc-464yann-arthus-bertrand

Militant convaincu, son livre « La Terre vue du ciel » est un best-seller mondial depuis sa parution en 1999. Le photographe témoigne depuis 42 ans par l’image: « de toute façon dès que je fais des photos de la terre vue du ciel, je parle des Hommes. La beauté est présente partout, c’est une évidence pour moi, tous les jours ». Une beauté que Yann Arthus-Bertrand qualifie de subjective, « ce qui m’intéresse à travers les photos, c’est d’amener de l’émotion et de parler des problèmes de la Terre. Quand j’ai fait la « Terre vue du Ciel »,  j’étais juste là pour montrer la beauté de la planète et puis en discutant avec des ONG, des scientifiques, je me suis rendu compte que il n’y avait pas que la beauté et qu’on pouvait parler d’autre chose. En fait ce livre, il est aussi là quelque part pour dire aux gens, qu’il faut faire quelque chose parce qu’on est tous responsables. »

La COP 21, de la consanguinité, si on écoute Yann Arthus-Bertrand, « c’est la dernière COP auquel j’assiste. Alors oui ça sert à médiatiser les problèmes de changements climatiques mais c’est un peu consanguin. Il y a des milliers de scientifiques, de diplomates qui se rencontrent et s’embrassent quand on arrive à signer un accord, mais qu’est ce qui change sur le fond ? Quand vous voyez le rapport de la COP 21, les mots « énergies fossiles » et « charbon » n’existent pas, sinon les pays producteurs ne signeraient pas. C’est d’une hypocrisie sans non. »

« Les avantages que les Hommes ont acquis, la biodiversité les a perdus » rappelle-t-il. Il ne reste plus qu’à redécouvrir ce Laudato Si en image. « La terre, notre maison semble se transformer de plus en plus en un immense dépôt d’immondices. » disait François, « alors engagez vous » conclut Yann Arthus-Bertrand.

Couv Livre

 

Laudato Si’, Pape François, illustré par Yann Arthus-Bertrand,

éditions Première Partie, parution le 15 novembre 2018.

 

 

 

 

 

 

<< Pour découvrir Saint François d’Assise, l’amoureux cosmique