le direct Musique sacrée

Stéphane Rozès : « la France a besoin d’un imaginaire pour avancer »

Grand Témoin – Marie-Ange de Montesquieu reçoit Stéphane Rozès Président de Cap (Conseils,analyses et perspectives), enseignant à Sciences-Po et HEC pour analyser la longue interview qu’a donné le Président Macron dimanche soir sur BFMTV.

Dimanche 15 avril, le Président Emmanuel Macron donnait une grande interview sur BFMTV. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel pendant plus de deux heures et demie, il a évoqué de nombreux sujets comme la Syrie, les manifestations, ou la fraude fiscale. En tant que professeur, Stéphane Rozès a attribué des notes. « Techniquement et en communication, 18/20, politiquement sur le fond de ce qu’attendait le pays, 10/20 ».  Mais il remarque cependant que les journalistes n’étaient pas bons. Selon lui, le Président n’a pas répondu à l’interrogation de fond qui était : « Où emmenez-vous le pays ? ». Pour se prononcer, les Français ont besoin de savoir si le Président, par ses décisions, renforce le modèle français ou applique des contraintes extérieures, notamment européennes.

Une segmentation du discours

Stéphane Rozès note qu’Emmanuel Macron a tendance à segmenter son discours, d’une part pour les catholiques lundi dernier, pour la ruralité jeudi au 13h de Jean-Pierre Pernaud. Cette fois-ci, il s’adressait aux contestataires supposément de droite avec Jean-Jacques Bourdin, et de gauche avec Edwy Plenel. Il regrette que : « ce découpage de la communication fait perdre peu à peu à Emmanuel Macron ce qui avait fait sa force, il semble peu à peu s’adapter à des contraintes ». Pour lui, la France à besoin d’une vision pour avancer, d’un imaginaire. Si le Président n’est pas capable d’en fournir un alors le mécontentement grandira. « L’opinion ne fait pas grève par procuration… Les Français n’ont pas encore tranché le fait de savoir si Emmanuel Macron remettait en marche le pays pour reconquérir son destin et sa souveraineté, ou si, au fond, il reprenait le propos de ses prédécesseurs », conclut-t-il.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *