le direct Musique sacrée

Arnauld Beltrame et Mireille Knoll au menu du Grand Débat

Louis Daufresne reçoit Henrik Lindell, Victor Loupan et Patrice de Plunkett pour ce Grand Débat. Au sommaire deux thèmes uniquement : la mort d’Arnaud Beltrame et celle de Mireille Knoll.

Cela fait une semaine déjà que la France a de nouveau été frappée par un attentat terroriste islamique. Après un hommage national au lieutenant-colonel Beltrame mercredi, les quatre personnes décédées ont été enterrées jeudi. Dans le numéro du magazine La Vie de la semaine du 26 mars, sa femme, Marielle Beltrame, donne une interview exclusive. Henrik Lindell donne quelques-uns des propos comme la foi en Dieu de son mari, celle en la Résurrection aussi. « Les paroles sont très très forte de Marielle Beltrame », précise-t-il. Patrice de Plunkett évoque lui un couple très à l’image du christianisme aujourd’hui. Un autre aspect marquant est le discours donné par Emmanuel Macron lors de l’hommage aux Invalides. Tout en louant la beauté, les débatteurs regrettent l’absence de mention à la foi du colonel Beltrame. « C’est non seulement un officier mais aussi un chrétien », explique Patrice de Plunkett. Cette absence est regrettable car elle permet de comprendre le geste effectué. Victor Loupan trouve curieux de parler de la foi islamique du terroriste, certes dans une charge féroce, mais pas celle du « martyr ». « Quand la République a combattu l’Eglise de toute ses forces, elle n’a pas combattu l’Eglise intégriste. Elle a combattu l’Eglise, c’est tout », compare-t-il.

Une définition claire de la menace et comment  faire face

Les trois débatteurs soulignent qu’aujourd’hui, il y a une peur de dire la vérité. Mais le discours de président définit mieux que cela ne l’a été fait quelle est la menace. « Il dénonce mais ne dis pas quoi faire ensuite », regrette Henrik Lindell. Pour Patrice de Plunkett : « il faut définir l’objectif réel, l’objectif de fond. C’est amener la population musulmane à faire bloc avec les terroristes ». Il faut trouver comment éviter cela. Pour cela selon Victor Loupan : « il y a un truc doctrinaire à faire ».

La marche blanche en hommage à Mireille Knoll

Les débatteurs se sont ensuite penchés sur la marche blanche en hommage à Mireille Knoll organisé à l’appel du Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). Ils déplorent l’ostracisassion de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. La première paye les écarts verbaux de son père quant au second son engagement pro-palestinien. Il faut pourtant réussir à séparer un engagement politique contre la politique du gouvernement d’Israël du respect du peuple juif et de la religion juive. Pour Henrik Lindell, cela dénote une difficulté à comprendre le nouvel antisémitisme. « Le CRIF n’arrive pas à le dire, mais le problème vient ici de milieu musulman », révèle-t-il.