le direct Musique sacrée

Décryptage du voyage d’Emmanuel Macron aux Etats-Unis

Que pensez de la grand proximité entre Donald Trump et Emmanuel Macron ? Poursuivent-ils des politiques communes ? Pour y répondre Anne Toulouse, ancienne correspondante de RFI en Amérique du Nord et Jean-Philippe Immarigeon, avocat et auteur notamment de « American Parano » et « Françamérique » (Ellipses).

L’analyse commence par celle du discours d’Emmanuel Macron devant le Congrès américain, réunissant le sénat et la chambre des représentants. C’est le moment ou le président a pu le plus exprimer sa pensée et ne pas rester dans l’image d’une accolade, de planter un arbre, de dîner… « On se situe sur deux plans car, d’un côté, il y a la célébration de l’amitié franco-américaine et aussi des points politiques très pointus. Et c’était là un discours de politique générale puisque les circonstances sont très solennelles », explique Anne Toulouse. Et de continuer : « il y a eu des petites banderilles qui n’ont pas du faire plaisir à Donald Trump ».

La question de l’Iran

L’une des questions sur lesquels les USA et la France sont dans une entente en demi-teinte est celle de l’Iran. Jean-Philippe Immarigeon note que Macron a dit que jamais l’Iran n’aurait l’arme nucléaire et demande pourquoi des puissances interdiraient à d’autres de développer une arme. Et de préciser que si l’Iran change politiquement il faut un débat pour son accession à la bombe A. « Je trouve que le discours d’Emmanuel Macron : ‘c’est bon on essaye de faire plaisir à tout le monde’, on ne comprend pas grand chose », exprime-t-il. Anne Toulouse indique que les USA et la France sont d’accord sur la clause non négociable de l’interdiction de l’arme nucléaire à l’Iran mais pas sur la manière de faire : un nouveau traité en restant ou non dans celui déjà existant. Elle pointe : « le problème c’est que cet accord a été signé par des gens qui ne sont plus au pouvoir », ce qui amoindrit l’implication des gouvernants actuels dans le traité.