le direct Musique sacrée

Visite de la ville d’Albi avec Priscille de Lassus

Aux Rendez-vous de l’Histoire propose une escapade à Albi, avec Priscille de Lassus, rédactrice en chef de Codex. L’occasion de découvrir la ville et son passé passionnant.

La principale attraction architecturale d’Albi est la cathédrale. Construite au 13e siècle, elle détonne par rapport aux autres cathédrales. La raison ? L’utilisation de la brique comme matériaux de construction de base. Avec cela, l’architecture est simple et dépouillée. C’est Bernard de Castanet, évêque d’Albi entre 1277 et 1308, qui a initié la construction. Une oeuvre à la fois politique et religieuse. Religieuse pour contrer l’hérésie cathare qui était présente dans la ville au début du 13e siècle. Politique aussi car l’architecture unique est une sorte de pied de nez à celle des cathédrales qui sont sur le domaine royal. Pour la construire et assainir les finances du diocèse, il décide de déclarer hérétique tous les seigneurs ne lui donnant pas la dîme. Une décision pour le moins efficace puisque le diocèse devient l’un des plus riches de France.

Un pouvoir temporel et spirituel

Si l’évêque d’Albi a autant de pourvoir c’est à cause de la croisade contre les albigeois. « En 1229, cet épiosode militaire prend fin et Simon de Monfort confie à l’évêque d’Albi le pouvoir temporel sur la ville, que le seigneur local Trencavel avait », explique Priscille de Lassus. Cumuler les deux charges lui donne un pouvoir assez immense. Un exemple est le palais de la Berbie, la résidence de l’évêque. C’est autant une place fortifiée qu’un palais épiscopal. Le murs font parfois jusqu’à sept mètre d’épaisseur. Lui aussi est construit en brique. La brique était utilisée car plus facile a avoir rapidement sur les chantiers. Ce qui donne la jolie teinte à la ville.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *