le direct Musique sacrée

La chapelle de l’hôpital Saint Joseph vient de terminer sa rénovation

Située dans l’hôpital Saint Joseph, la chapelle éponyme vient de terminer trois ans de travaux de rénovation. Elle est de nouveau accessible aux patients, personnels de santé et riverains. La nouveauté : un orgue a été installé.

Trois ans de travaux. 1,8 millions d’euros investit par la Fondation saint Joseph, propriétaire du bâtiment. In fine, une chapelle plus sûre à l’intérieur comme à l’extérieur. Les travaux, dirigés par l’architecte des bâtiments de France Bruno Decaris, ont permis aussi bien de réparer ce qui devait l’être que de nettoyer. Georges-Christian Chazot, président du conseil d’administration de la fondation Saint Joseph, explique les différentes réparations.

Des réparations qui ont donné lieu à la redécouverte d’éléments architecturaux cachés par la crasse, comme les initiales de l’institution, SJ pour Saint Joseph. Ou encore, les décors sculptés autour de la porte de la façade ouest. La rénovation a aussi apporté une nouveauté : un orgue anglais de l’époque romantique.

Le nouvel orgue date de 1897 et vient tout droit de l'Angleterre.Le tuyaux sont peints, comme il est la coutume dans la perfide Albion.
Le nouvel orgue date de 1897 et vient tout droit de l’Angleterre. Les tuyaux sont peints, comme c’est la coutume dans la perfide Albion.

Le père Vincent Bellouard raconte le rite de bénédiction de l’orgue, une pratique liturgique peu connue mais qui reste pourtant importante pour la communauté chrétienne qui va utiliser l’instrument.

Une présence chrétienne au cœur de l’hôpital

Cette présence chrétienne au cœur de l’hôpital est d’une importance capitale pour Georges-Christian Chazot. C’est ce qui fait l’identité de la fondation et donne la philosophie qui entoure les soins apportés aux personnes.

A l’appui, il cite un extrait des statuts : « la fondation Saint Joseph poursuit l’oeuvre entreprise par les fondateurs de l’hôpital dans le même esprit de dévouement évangélique, de respect des consciences et de la morale catholique, avec le soucis de répondre, dans l’application et le perfectionnement des techniques thérapeutiques, aux exigences de la déontologie médicale ». Le rôle du prêtre est d’apporter une présence spirituelle mais il est un peu différent des aumôniers laïcs car il apporte les sacrements. Le père Vincent Bellouard le développe.

Ne pouvant pas être au chevet des 600 lits, il est entouré par une équipe de 25 bénévoles, deux prêtres sur les après-midis et par la petite communauté de sœurs qui vit sur les lieux. Présente depuis les années 1980, suite au retrait des Filles de la Charité, les sœurs de l’Ordre basilien choueirite de Saint Jean-Baptiste (congrégation de l’Église grecque-catholique melkite) sont auprès des patients dans la durée. « Elles ont un rôle essentiel dans le suivi des malades », affirme le père Bellouard. Le prêtre, même en allant partout, ne peut pas forcément voir un malade tous les jours pendant son séjour. Elles assurent donc une continuité spirituelle.

Commentaires

  1. c’est avec une émotion profonde de recevoir un tel message , ayant fais toute ma carrière professionnelle en ce lieu ;
    Souhaite vivement que l’hôpital Saint Joseph garde ce caractère spirituel toujours ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *