le direct Musique sacrée

Liste de la mission Stéphane Bern : le patrimoine religieux représente 30% des monuments

Stephan Bern a fait paraître dans le magazine Le Point et sur le site de RTL la première liste de travail de bâtiments patrimoniaux à sauver. Les édifices religieux, ou l’ayant été, représentent un tiers de la liste.

Nommé monsieur patrimoine par Emmanuel Macron en septembre 2017, il n’a depuis de cesse que de défendre le patrimoine français. Il a déjà eu une première victoire, lorsque les députés ont adopté dans la loi de finance la création d’un loto du patrimoine visant à financer la restauration. Un jeu de grattage à l’effigie des monuments les plus en danger ne va pas tarder être mis en place par le Française des Jeux. L’ensemble de ces actions devraient rapporter environ 20 millions d’euro. Autant dire qu’une bonne partie du patrimoine ne sera pas, pour l’instant, restauré grâce à cette source.

77 bâtiments religieux

Dans la première liste de travail, créée grâce à une participation citoyenne et la Fondation du patrimoine, 250 monuments sont inscrits. Cette liste est appelée à évoluer. Parmi les heureux choisis, on ne dénombre pas moins de 77 bâtiments à vocation religieuse ou l’ayant été. Les églises, chapelles, couvent et abbayes sont en en tête, preuve de l’importance du catholicisme en France. Cependant, une partie n’est plus dédiée au culte, voire est en ruines. Cela raconte aussi quelque chose de la déchristianisation et de la sécularisation. On trouve aussi trois synagogue et trois églises ou temples protestants.

Sur tout le territoire

La liste est surtout pour des monuments en France métropolitaine. Les châteaux sont légions. Mais les maisons ayant appartenu à des artistes ou des friches industrielles complètent le tableau. Les départements d’Outre-Mer ne sont pas oubliés pour autant. 5,6% des monuments y sont. La Réunion en a quatre, Mayotte, un, la Guyane, trois. Six sont répartis dans les Caraïbes, dont un à Saint-Martin et un à Saint-Barthélémy, durement touchés par l’ouragan Irma le 6 septembre 2017. A Saint-Barthélémy, le clocher suédois dans la ville de Gustavia, qui servait à annoncer les services religieux de l’église protestante, a vu sa partie supérieure en bois s’effondrer et ses bases se fragiliser.