le direct Musique sacrée

Thibaud Collin : « en France, il y a quand même une place particulière donnée à la philosophie »

Grand Témoin – Thibaud Collin est agrégé de philosophie et enseigne actuellement en classes préparatoires au Collège Stanislas, à l’Institut Philanthropos de Fribourg et à l’Institut de la théologie du corps à Lyon. Il a écrit : « Le mariage chrétien a-t-il encore un avenir ? » paru aux Editions Artège. Il revient sur la bac de philosophie et l’éviction de son blog du site de La Croix.

En ce lundi matin de bac de philosophie, Thibaud Collin analyse l’enseignement de sa matière. Il reconnaît qu’une place particulière lui est donnée. Et de continuer : « j’espère que les réformes actuelles ne vont pas supprimer cette place importante ». Il note un double mouvement, qui part dans deux sens opposés. D’abord il y a une volonté de plus aller vers les sciences et de sélectionner par les mathématiques. « Et en même temps, il y a de plus en plus de gens qui réclament, notamment dans le monde économique, qui demandent des gens capables d’écrire, capables d’appréhender un sujet complexe, de poser une problématique. Sur tous ces points, c’est l’épreuve de philosophie qui les préparent le mieux », assure-t-il.

L’affaire La Croix

Revenant sur l’éviction de son blog du site du journal La Croix, après les avoir taxés de « vichysme mental », Thibaud Collin explique : « Guillaume Goubert (directeur de la rédaction du journal ndlr) m’a dit qu’il considérait cette expression comme insultante », explique Thibaud Collin. Et de poursuivre : « je l’ai choisie après mûre réflexion ». Selon lui, sa réaction à deux éditoriaux suite à la légalisation de l’avortement en Irlande et en Argentine, n’est pas offensante. Il veut montrer que La Croix« une forme d’état d’esprit qu’il m’a semblé pouvoir être appelée vichysme mental dans la mesure où les deux papiers manifestent un forme d’esprit dans laquelle on peut négocier quelque chose qui relève en fait de la dignité intrinsèque de la vie humaine ». Il admet que La Croix n’est pas pour l’avortement mais que la façon de défendre cette position n’est pas la bonne. Essayer de négocier le non négociable, c’est faire comme le régime de Vichy face aux nazis, abdiquer en parti. Pour lui, ce n’est pas la bonne méthode, il faut résister. Négocier entretient un climat culturel et intellectuel pro-avortement. L’opposition de Thibaud Collin se doit d’être ferme : « c’est un acte intrinsèquement mauvais ».