le direct Musique sacrée

Emmanuel Tagnard, collecteur de lettres pour le pape François

Emmanuel Tagnard est journaliste, producteur à la Radio Télévision Suisse (RTS) de l’émission inter-religieuse et éthique « Faut pas croire ». Il a coordonné les « Lettres ouvertes au pape François » (Salvator). Il en parle au micro de Louis Daufresne.

Son idée est originale. Partir en pèlerinage vers Rome et en profiter pour écrire des lettres. Le destinataire est toujours le même : le pape François. « C’était une manière pour moi de communiquer avec une personnalité que j’admire pour son courage, son charisme et aussi de m’engager auprès d’une personnalité », explique-t-il. Ça l’a forcé à aller au bout des 1 074 kilomètres de la Via Francigena, un réseau de routes descendant vers Rome. « Je l’ai ressenti comme une nécessité », analyse-t-il, un besoin de se mettre en marche. Emmanuel Tagnard a aussi récolté des lettres sur le chemin auprès de 18 personnalités différentes, après en avoir sollicité une cinquantaine. Certaines ont tout de suite accepté, d’autres ont refusé. Dans les contributeurs, on trouve Alexandre Jolien, Anselm Grün, Marie-Paul Ross…

L’Œcuménisme à la radio télévision Suisse

Comme journaliste, Emmanuel Tagnard est producteur de l’émission « Faut pas croire »« C’est assez rare dans le paysage audiovisuel francophone d’avoir une émission qui sait intégrer catholiques et protestants », estime-t-il. Et d’utiliser une comparaison étonnante : « En France, c’est un petit peu comme un salami avec des petites tranches pour chacune des confessions ». France 2 laisse un moment pour chacune des religions ou spiritualités. « Chez nous, par exemple en Suisse Romande, en fonction de la culture et de la tradition, il y a une intégration entre catholiques et protestants », continue-t-il. Une convention est signée avec la RTS. Comment expliquer cet état de fait ? Pour Emmanuel Tagnard : « Il y a quelque chose de la formule magique suisse ». Les troubles religieux du début du XIXe siècle permettent aussi de mieux comprendre cet effort de mélange.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *