le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – Rupture officielle des accords entre l’Iran et les Etats Unis : est-ce le début d’une nouvelle guerre ? Que disent les parties prenantes ?       

Accords sur le nucléaire iranien : face à cette rupture, que répondent l’Union européenne, la Russie et la Chine ?

« La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine », a déclaré  Emmanuel Macron et dans un communiqué commun, le président français, la chancelière allemande, Angela Merkel, et la première ministre britannique, Theresa May, qui avaient tenté de convaincre Donald Trump de rester dans l’accord, se sont dits « déterminés à assurer la mise en œuvre » du texte en « maintenant les bénéfices économiques » au profit de la population iranienne.

1 – L’Union européenne a promis de « préserver » le « plan d’action » de 2015, « une des plus belles réussites jamais réalisées par la diplomatie ». De son côté le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, a exhorté les signataires à « respecter pleinement leurs engagements ».

2- La Russie, également signataire de l’accord, s’est dite « profondément déçue » par l’intermédiaire de son ministère des affaires étrangères, dénonçant « une violation grossière des normes du droit international ». Selon Moscou, cette décision de Donald Trump « est une nouvelle preuve de l’incapacité de Washington à négocier », et les « griefs américains concernant l’activité nucléaire légitime de l’Iran ne servent qu’à régler les comptes politiques » avec Téhéran.

« Il n’y a aucune raison de saper l’accord qui a prouvé son efficacité », souligne la diplomatie russe qui avait défendu jusqu’au bout ce compromis qu’ils jugent « historique », soulignant que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a régulièrement certifié le respect par Téhéran des termes du texte censé garantir le caractère non militaire de son programme nucléaire.

Moscou et Téhéran entretiennent des relations étroites : la Russie a construit en Iran un réacteur nucléaire et a lancé des travaux pour deux nouveaux réacteurs.

3- La Chine, elle aussi signataire de l’accord de Vienne, a également regretté la décision américaine, assurant que Pékin continuerait à veiller à son respect et invitant toutes les parties à adopter une attitude responsable.

Face à cette coalition, Donal Trump renforce ses liens avec Israël en transférant l’ambassade américaine à Jérusalem et en soutenant le bellicisme de Benjamin Netanyahou.

Où vont les Etats Unis, avec cet isolationnisme belliqueux ignorant non seulement ses alliés mais les deux grandes puissances que sont la Russie et la Chine ?

Que se passera-t-il si Israël, fort du soutien américain, attaque le Liban ou la Syrie ? Nous avons déjà mis en garde le risque d’ignorer les leçons de l’Histoire avec le déclenchement des dernières guerres.

Washington se sent conforté par son rang de première puissance économique mondial et un budget de ses forces armées d’un montant de 700 milliards de dollars, mais nous vivons aujourd’hui avec le risque nucléaire.

Comment faire retrouver la lucidité géopolitique à Washington ? Deux siècles d’amitié transatlantique ébranlés : c’est un défi majeur auquel la France et l’Europe doivent répliquer.