le direct Musique sacrée

Les vérités 2018 – Moscou face à l’Ukraine et à la mer d’Azov : la Russie n’a pas un poids géopolitique suffisant pour déclencher un conflit avec les Etats-Unis, mais c’est une nation soudée, courageuse, face à une Europe en voie d’anarchie

Dans une précédente chronique nous avions considéré que la Crimée, était russe historiquement et sociologiquement. Rappelons les points forts de notre argumentation : c’est à Yalta, station balnéaire de Crimée, que se tient, sous l’égide de Staline et que se décide, le 11 février 1945, la conférence qui dessine le monde d’après guerre.

Sont présents, à ses côtés, Roosevelt et Churchill. Si Staline a choisi la Crimée c’est qu’elle est un symbole russe et lorsque Khrouchtchev la rattache à l’Ukraine en 1964, celle-ci fait encore partie de l’’U.R.S.S.

Pour marquer la nouvelle union avec la Crimée, Moscou a construit un pont gigantesque. Routier à 2×2 voies et ferroviaire à deux voies, il est commencé en février 2016. Malgré les sanctions internationales, les travaux progressent rapidement et il est achevé en 2018. Ce pont est symbolique, destiné à matérialiser l’union de la Crimée à la Russie. Les ouvriers y ont travaillé, par rotation, 24 heures par jour afin de tenir Îles délais, avec une consiputéion entièrement russe.

La traversée, qui passe notamment par l’île de Touzla, a une longueur de 19 km, pour une hauteur du tablier maximale de 3$ mètres.

La construction de ce pont constitue une performance, image du courage et de la détermination de la Russie. Ïl y a évidemment le souvenir de la dernière guerre, mais aujourd’hui, cet immense pays, peuplée de seulement 144 millions d’habitants ne produit qu’un PIB inférieur à celui de la France, alors que sa puissance stratégique et nucléaire met Moscou en condition de pouvoir s’opposer stratégiquement à l’Europe, aux Etats Unis ou à la Chine.

Le PIB russe par habitant n’est que 8 500 dollars, face aux 37 000 dollars français : un rapport de un à quatre. Quant à son grand rival géopolitique américain, sa richesse individuelle atteint 57 000 dollars : Washington et Moscou ne travaillent donc pas dans la même catégorie… Par contre la Russie, sous l’égide de Poutine, veut maintenir un équilibre stratégique avec les Etats-Unis, et elle le conserve sur le plan nucléaire, sur le plan de ses missiles et sur le plan de ses alliances.

Le pont géant entre Russie et Crimée veut donc montrer de quoi Moscou est capable. Quant aux incidents avec les navires ukrainiens, ils signifient clairement une volonté de dominer la mer d’Azov et de montrer à l’Ukraine qu’elle doit se soumettre aux volontés du Kremlin.

Répétons encore une fois que l’Europe, comme les Etats Unis doivent reconnaître que la Crimée est historiquement et sociologiquement russe. Nous devrions admettre cet état de fait, mais rechercher avec Vladimir Poutine un accord garantissant à l’Ukraine sa sécurité et un commerce avec ses ports de commerce.

Les 27 pays européens entretiennent actuellement entre eux des rapports souvent difficiles : recherchons ensemble avec nos voisins, et bien entendu, avec la Russie l’apaisement des tensions.

Concluons sur l’actualité avec, en ce qui concerne la France, le souvenir symbolique que représente le pont Alexandre III à Paris. Demandons à Moscou et à Washington de trouver un accord au litige concernant les missiles intermédiaires qui seraient à nouveau construits par le Kremlin, en opposition avec les accords passés.

Commentaires

  1. Attention, fautes de frappe dans la phrase « tenir Îles délais, avec une consiputéion entièrement russe. » !

  2. Votre antiRussisme vous égare.
    Voici les PIB en PPA (en milliards de dollars source FMI 2017)
    Russie 4000
    Allemagne 4150
    France 2825

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *