le direct Musique sacrée

Les vérités  2018 – L’Italie fait face à une crise politique majeure, mais elle bénéficie de plusieurs atouts

 L’Italie saura-t-elle surmonter les démagogies aujourd’hui dominantes ?                          

Rappelons d’abord l’histoire du pays : il n’a retrouvé son unité qu’au début du XXème siècle, l’essentiel étant du à la politique de Napoléon III, pour se terminer par les accords du Latran en 1929 entre Mussolini et le Vatican, accordant son indépendance au Saint Siège.

Mais il subsiste aujourd’hui un désaccord profond entre un Nord industriel économiquement prospère et un Sud toujours pauvre. Le courant indépendantiste chez la Ligue du Nord reste d’ailleurs très présent. A Milan, le PIB par habitant est de 28 000 euros et à Naples il n’est que de 16 000 euros. Certains dirigeants de la Ligue du Nord réclament l’indépendance, estimant ne pas avoir à payer pour le Sud.

Rappelons aussi les données géopolitiques : l’Italie reste toujours une majeure européenne avec ses 60 millions d’habitants, un PIB de 2 000 milliards de dollars, une industrie comptant pour 24% de ce même PIB et une balance commerciale bénéficiaire.

Un grave handicap subsiste : une dette de 2 300 milliards de dollars dont elle rend l’Europe responsable, ce qui est aberrant, mais admis par une majorité d’Italiens.

Le mouvement Cinq Etoiles, mouvement populiste, à l’image du Front National et de la France insoumise, base son essor sur un refus du système politique tant national qu’international et va dans la démagogie jusqu’à admirer le Venezuela !

Lorsque le journal Le Monde titre, en première page : « l’Italie plonge dans une crise politique majeure », il énonce une évidence : le président Mattarella en récusant le ministre de l’économie Paolo Savora voulu par la Ligue et le mouvement Cinq Etoiles, a entrainé la démission du Premier ministre pressenti, Giuseppe Conte, renommé quelques jours plus tard.

Dans un tel contexte les bourses ont baissé, à commencer par le CAC 40.

«Les marchés intègrent progressivement l’idée que le retour aux urnes en Italie est inévitable, mais surtout qu’il pourrait se traduire par un raz-de-marée en faveur des populistes», ont indiqué de leur côté les analystes du courtier Aurel BGC.

Face à l’incertitude politique et géopolitique l’Europe est face à trois défis :

1- Elle est solidaire et caution de la dette de Rome. Peut-on redouter un clash bancaire ?

2- Rome ne supporte pas les 500 000 ou 600 000 réfugiés qui ont débarqué sur son sol. Quelle politique migratoire peut faire consensus dans les pays européens ?

3- Le consensus européen est minoritaire chez nos voisins : c’est un défi majeur à relever.

La France se perçoit comme une amie de l’Italie, peut-elle l’aider dans l’épreuve ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *