le direct Musique sacrée

Congrès de l’Apel : que transmettre aujourd’hui à l’école ?

L’Association des parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel), tiendra du 1er au 3 juin prochain son congrès bisannuel. L’occasion d’élire une nouvelle direction nationale. Mais surtout de s’interroger sur ce que veut dire transmettre aujourd’hui à l’heure du numérique.

Transmettre. Vaste programme. C’est pourtant le thème de réflexion du congrès de l’Apel à Rennes du 1er au 3 juin. Un thème important dans une société qui évolue. Un choix qu’explique la présidente nationale de l’association, Caroline Saliou.

La réflexion ne partira pas de rien. Les congressistes vont s’appuyer sur deux éléments. Le premier est un sondage de l’Institut BVA sur ce que signifie Transmettre mené auprès de 601 parents d’élèves, aussi bien du privé que du public. La répartition de l’échantillon sondé suit la méthode des quotas avec différentes catégories socioprofessionnelles, l’âge ou le sexe. Les questions tournaient autour de quatre thèmes : les valeurs, la manière de les transmettre, les acteurs de la transmission et l’impact du numérique sur la transmission des valeurs. Dix valeurs ont été testées : l’autonomie, l’universalisme, la bienveillance, le pouvoir, l’hédonisme, la conformité, la tradition, la sécurité, la réussite et la stimulation. Chaque valeur a été définie aux sondés. Elles viennent du modèle des valeurs universelles de Schwartz, un psychologue israélien spécialiste de la société. Julien Goarant, directeur d’étude à l’institut BVA, analyse les principaux enseignements du sondage.

Une réflexion a été menée en amont au sein des Apel de chaque académie, sur certains sujets. Catherine Romuald, présidente de l’Apel Académie de Guadeloupe et membre du bureau de l’Apel Nationale raconte le déroulement.

Le numérique en question

Un grand axe du sondage et de la réflexion autour de la place du numérique dans la transmission des valeurs aux enfants. Le paradoxe existe : c’est un outil incontournable mais qui n’est pas forcément bon. Il s’agit alors de trouver le juste milieu. Julien Goarant développe l’impact de l’outil numérique.

Ce refus peut aussi se comprendre par une frilosité de laisser des valeurs être transmises par quelqu’un d’autre que la famille ou l’école qui ont le rôle principal et traditionnel de la transmission. Malgré ces questionnements, l’Apel se met à jour. Une application est disponible sur smartphone (android/apple) pour suivre le congrès en direct.

Un livret de résultats

A la fin du congrès, un livret sera disponible avec les réflexions et les témoignages des invités, des professionnels. Une manière de continuer, voire même de commencer vraiment le débat. Si les congressistes en auront un, d’autres personnes peuvent l’avoir. « Le livret, à chaque congrès est distribué entre 120 130 000 exemplaires », assure la présidente. Des vidéos seront aussi disponibles pour un débat plus riche. « Le congrès ne s’arrêtera pas quand on va fermer les portes du couvent des Jacobins à Rennes dimanche midi. Au contraire, c’est un tremplin. Il faut que ce livret, ces vidéos, aident les communautés éducatives à travailler sur le thème la transmission », conclut Caroline Saliou. Un appel déjà entendu par l’Apel de Guadeloupe qui organisera un grand débat sur le même thème à la rentrée 2018. La nouvelle équipe dirigeante, qui sera menée par Gilles Demarquet, s’appuiera aussi sur ces travaux pour continuer de développer l’action de l’association.