le direct Musique sacrée

La signature musicale de Keyvan Chemirani

Keyvan Chemirani est un percussionniste franco-iranien qui pratique le zarb. Il livre sa signature musicale à Claire de Castellane.


Keyvan Chemirani est issu de deux cultures. Iranien par son père, il est français par sa mère. Il est aussi bien baigné dans l’islam que dans la religion catholique. « Aujourd’hui je veux dire à quel point ça peut exister, qu’il n’y a pas de clivage forcément entre les religions et entre les gens de croyance différentes. Ça peut fonctionner et il peut y avoir beaucoup d’amour », affirme-t-il. Il a cependant suivi les pas de son père dans la pratique du zarb? c’est une sorte de calice avec une peau de chèvre tendue dessus.

Un long apprentissage

L’apprentissage du zarb est long. « L’enseignement se fait de maître à élève, dans l’oralité, le travail de la mémoire », explique-t-il. Il faut entre cinq et quinze ans de pratique avec un maître avant de trouver son chemin personnel. Pour jouer, c’est une technique des doigts basée sur la finesse et la douceur du touché. S’il a appris avec la musique traditionnelle iranienne, il s’est toujours ouvert aux autres influences : la jazz, la musique improvisée, celle occitane et provençale de sa région natale et même le flamenco. L’intérêt du zarb est qu’il n’a pas de connotation ethnique et donc se mélange bien avec d’autres instruments. Sa signature musicale est le poème « le tournoiement » déclamé par son père sur une mélodie composée en famille.