le direct Musique sacrée

Un livre, Une voix – Le tour du monde sans quitter la France

Bruno Fuligni est l’invité d’Un livre, une voix pour son « Tour du monde à travers la France inconnue » (Editions du Trésor). Il propose une balade réjouissante et iconoclaste dans les villages de France annoncé comme fondés par des peuples lointain.

« Le projet c’est tout simplement un voyage », raconte l’auteur. A bord d’une vieille Peugeot « pourrie, lamentable », qui ne survivra pas au voyage, il fera une tour de France par les petites routes. Les villages et les lieux sont assez reculés mais ont tous un point commun. « Ils ont été fondés ou passe pour avoir été fondés par des peuples lointain », explique Bruno Fuligni. D’où le tour du monde sans quitter l’hexagone. Au programme : les Huns, les hongrois, les saxons ou vikings… Pour l’auteur ça a été un voyage en deux étapes. La première est dans les livres afin de vérifier l’histoire des villages et l’apport étranger. Demander directement aux habitants ? Ce n’est pas une bonne technique car il y a parfois une réécriture du passé pour faire plus français, surtout au XIXe siècle. La deuxième étape est de se rendre sur place.

Les carthaginois en Ardèche

Il existe en Ardèche un lieu-dit : « le Liby ». Conclusion logique d’érudit locaux : il y a eu des libyens qui étaient venus s’établir là. « Ils ont fait des fouilles et malheureusement ils ont trouvé des crânes. Donc ils ont expliqué que ces crânes n’étaient pas du tout des crânes qu’on était habitué à trouver en Gaule. C’était forcément une peuplade qui venait d’assez loin. Ce sont des carthaginois qui se sont installés là », retrace Bruno Fuligni. Tout un article est disponible dans le Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris de 1873 Cette thèse du XIXe siècle s’est avérée fausse avec le développement de la science historique et archéologique. Le livre fourmille de plein d’histoire de ce type. Un cas intéressant est celui des enclaves étrangère en territoire français, comme celle de l’abbaye d’Hautecombe.

La sélection de La Procure

Sur le thème de l’invention d’une histoire imaginée, la Procure propose trois ouvrages. Le premier est l’histoire de Giannino di Guccio, un marchand siennois persuadé d’être le roi de France Jean Ier, pourtant mort à la naissance. Le personnage n’est pas totalement inconnu car il est apparu dans les Rois Maudit de Maurice Druon. L’auteur est l’historien Tommaso Di Carpegna Falconieri (« L’homme qui se prenait pour le roi de France », Tallandier, 288p. 20.5€). Le deuxième évoque les nombreux faux napoléons qui ont émergé après le départ définitif de Napoléon Ier. C’est raconté par l’historienne Nathalie Pigault dans « Les faux Napoléon », (CNRS, 240p. 20€). Enfin le dernier ouvrage se penche sur un personnage fictif : Romulus Bonnaventure : un ancien esclave martiniquais parti à la conquête du Mexique à la suite de Napoléon III. « L’épopée mexicaine de Romulus Bonaventure », de Raphaël Confiant (Mercure de France, 336 p. 14.99€).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *