le direct Musique sacrée

A la rencontre de Gandhi par Lanza del Vasto

Un Livre, Une Voix – Jean-Claude Perrier reçoit Frédéric Richaud pour livre « Voir Gandhi » (Grasset). Il fait le récit biographique de Lanza del Vasto, un philospohe italien, lors de sa rencontre avec le mahatma.

Lanza del Vasto n’est pas très connu. « Il était en Occident le porte-parole de Gandhi, de la non violence. Il était un précurseur de la démondialisation », explique Frédéric Richaud. De famille aristocratique italienne, il a commencé par toucher à tout, autant les arts, avec la sculpture et l’écriture que la philosophie et la théologie. « C’est un homme qui d’une façon cherche sa voix sans parvenir à la trouver », analyse-t-il. Et de poursuivre : « ce qui lui manque, c’est de mettre en adéquation ses pensées et ses actes ». Frédéric Richaud a découvert le personnage qu’est Lanza del Vasto, par l’auteur Luc Dietrich, un ami de Lanza. Ils ont ensemble écrit un livre à quatre mains, crédité uniquement au nom de Dietrich : « Le bonheur des tristes ». D’ailleurs, « il y a de fortes présomptions que Lanza en soit véritablement l’auteur », sourit F. Richaud.

La rencontre avec Gandhi

Il découvre Gandhi par l’intermédiaire d’une amie qui lui glisse une biographie de Gandhi par Romain Rolland. Il ne part pas tout de suite. Mais à un moment, « il va tout abandonner et partir en Inde pour rencontrer Gandhi et s’initier à son enseignement », raconte Frédéric Richaud. Il s’installera dans une communauté proche de là où vit Gandhi. Il le rencontre environ une fois par semaine et se fait appeler « Shantidas » par lui. Il trouve en lui un père. « Lanza est un homme qui a vécu longtemps sans père », indique-t-il.  Il reste cependant chrétien. « Il part là-bas pour devenir meilleur chrétien », révèle Frédéric Richaud. Le but : conformer ces actes à ce qu’il pense. Là donc, la non violence, le service, la charité chrétienne…