le direct Musique sacrée

« Revoir Bamiyan » : l’exposition de Pascal Convert au Musée Guimet

Pascal Convert est artiste au sens large : d’abord sculpteur (il réalise d’admirables sculptures en cire et en verre dont des « Christ gisants »), il est aussi auteur de documentaires et photographe.

 La question de la mémoire, de l’oubli et de la résistance est au cœur de son travail. En 2016, il part en Afghanistan à l’occasion du 15ème anniversaire de la destruction des Bouddhas de Bamiyan par les Talibans. La destruction de ces gigantesques  Bouddhas est intervenue six mois jour pour jour avant l’effondrement des Twin Towers de New-York le  11 septembre 2001, comme une sinistre annonce… Là-bas, Pascal Convert modélise grâce à un matériel ultra performant la totalité du site de Bamiyan, soit une falaise de 1,5 kilomètre. Mais il réalise aussi un ensemble de 16 photographies de très grand format montrant de façon « panoramique » ce lieu magnifique, niché à 3000m d’altitude. C’est cet ensemble qui est exposé en ce moment au musée Guimet. Dans une salle en rotonde tout en haut du musée. Les photos sont en noir et blanc, montrées dans la pénombre. Devant les deux grandes béances créées par les Talibans, mais aussi les 750 cavernes qui elles aussi ont été saccagées, on est muets et recueillis devant tant de terreur, d’absurdité, de gâchis. D’autant plus que cette épuration culturelle est allée de pair avec une épuration ethnique. Pascal Convert, auteur du « Monument à la mémoire des otages fusillés au Mont-Valérien entre 1941 et 1944 » sait bien de quoi il parle, et son œuvre, profonde, est heureusement teintée d’espoir.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *