le direct Musique sacrée

Des déplacés irakiens formés à la conservation des manuscrits anciens

Le père Michaeel Najeeb a sauvé plus de 50 000 livres, archives, manuscrits de la ville de Qaraqosh en Irak. Il est maintenant à Bagdad pour former des déplacés à la protection de ces trésors culturels.

Après avoir fui Qaraqosh le 25 juillet 2014 en donnant des manuscrits à tous ceux qui partaient vers le Kurdistan, le père Najeeb a réussi à tous les retrouver et à les conserver. Il a raconté cette histoire dans un livre d’entretien avec le journaliste Romain Gubert, rédacteur international au Point : « Sauver les livres et les hommes » (Grasset), paru en 2017.


« Il n’y a pas une culture particulière, tout ce qui est culturel, cultuel fait partie de l’Homme »


Les ouvrages déménagés appartiennent au centre de numérisation des manuscrits orientaux (Cnmo). Le but est de sauvegarder sous forme numérique des pièces parfois très abîmées par les affres du temps. Cette tâche a repris à Bagdad grâce à des déplacés qu’il a formé. Anciens universitaires ayant perdu leur travail dans la fuite, ils sont devenus des professionnels de la conservation et protection du patrimoine écrit. Le Cnmo reçoit des chercheurs du monde entier. Ils viennent consulter des livres de toutes les époques, dans plusieurs langues, et de plusieurs cultures. « Il n’y a pas seulement des ouvrages chrétiens. Il y a aussi des ouvrages mandéens, yézidis, turcoman et shabak. C’est une culture partagée. Il y aussi beaucoup d’ouvrage sur l’islam », explique le père Najeeb. Le plus important pour lui est de sauver toute ces cultures car c’est ça qui fait l’Homme. « Il n’y a pas une culture particulière, tout ce qui est culturel, cultuel fait partie de l’Homme », ajoute-t-il. pour cela, il copie en nombre les contenus numérisés, au Cnmo et sur internet. les originaux sont rendus aux propriétaires.