le direct Musique sacrée

Nuit des témoins : « Si nous arrivons à réaliser la mission du Christ, c’est grâce à l’Occident ! »

Ce 24 mars, mère Marie-Catherine Kingbo sera l’un des témoins de la Nuit organisée par l’AED en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Rencontre.

Soeur marie-CatherineElle était, ce mercredi 22 mars, l’invitée de Maxime Dalle dans Ecclesia Magazine. Mère Marie-Catherine Kingbo évoquera la persécution dont sont victimes les chrétiens en Afrique, en particulier au Niger où elle a fondé la Congrégation de La Fraternité des Servantes du Christ.

Missionnaire dans un pays à 98 % musulman

A Niger, les soeurs côtoient essentiellement des musulmans : ils représentent 98 % des pratiquants du pays. Suite à l’épisode Charlie Hebdo et ses caracatures de Mahomet, en 2015, plus de 80% des églises de ce pays ont été pillées et brûlées. « C’était d’une extrême violence », se souvient mère Marie-Catherine, « on n’a rien compris… Mais beaucoup de musulmans ont désapprouvé ces actions, certains d’entre eux ont meêm hébergé et protégé des chrétiens ». Mère Marie-Catherine le répète : « aujourd’hui encore, il faut être très prudent ».

« Entre la peur de mourir et le courage de témoigner »

Alors qu’elle mettent l’accent sur la scolarisation des filles, les soeurs se heurtent bien souvent à la réserve et à la résistance de certaines familles qui voient dnas leurs écoles un moyen de convertir leurs enfnats. « Nous travaillons dans la gratuité et au nom de Dieu », explique mère Marie-Catherine. Une action qui a fini par porter ses fruits, puisque la Congrégation a désormais bien souvent l’oreille des imams et chefs de village. C’est par exemple le cas dans la lutte contre les mariages précoces et forcés. « Beaucoup de fillettes de 11-12 ans se retrouvent enceintes », explique mère Marie-Catherine, « nous avons organisé des sessions auprès des mamans et des fillettes pour libérer la parole et sensibiliser ». Et les changements sont visibles dans plusieurs villages : « désormais, des mamans et des filles osent dire non ». A cette occasion, mère Marie-Catherine a invité les imams et les chefs de village : « ils étaient 24 au départ, aujourd’hui ils sont plus d’une centaine à nous dire qu’ils nous soutiennent et nous encouragent ».

>> Nos programmes à l’occasion de La Nuit des Témoins