le direct Musique sacrée

Mgr Vingt-Trois : l’archevêque de Paris « doit avoir une capacité de distance et de réflexion »

Louis Daufresne reçoit ce matin le cardinal André Vingt-Trois, à quelques semaines de la nomination de son successeur à la tête de l’archevêché de Paris.

Cardinal Vintgt-TroisMgr André Vingt-Trois a succédé à Mgr Jean-Marie Lustiger en février 2005, et conformément au droit de l’Eglise, il a remis sa lettre de démission au Pape le jour de ses 75 ans, le 7 novembre dernier.

L’archevêque de Paris assure ne pas connaître le nom de son successeur.

Bien sûr, « c’est un poste particulier », affirme Mgr Vingt-Trois, « mais je crois savoir que la procédure de nomination de mon successeur a subi le même trajet que les autres procédures, à d’autres postes. S’il y a une attention particulière, c’est dans le soin apporté au déroulement de la procédure, mais ce n’est pas une procédure spéciale. (..) La procédure suit son cours », explique-t-il simplement.

Le cardinal Vingt-Trois connaît bien le Pape François, qui « est suffisamment lucide sur la situation d’un diocèse comme Paris. Chaque fois que je l’ai rencontré, j’ai rencontré quelqu’un d’attentif à ce qu’on lui disait, qui réagissait très spontanément et directement », rapporte-t-il.

On peut envisager plusieurs options pour le choix du prochain archevêque : la continuité, dans la ligne de l’héritage du cardinal Lustiger ; la rupture, que semble parfois incarner le Pape François.

« Je ne suis pas sûr que le Pape François soit concentré sur l’héritage du cardinal Lustiger », remarque Mgr Vingt-Trois. « Il est en charge de l’Eglise d’aujourd’hui, il n’est pas en charge de l’Eglise de 1981. Il prend sa responsabilité dans le moment présent en tenant compte des facteurs historiques, de l’histoire du diocèse de Paris. »

La sagacité diplomatique doit-elle faire partie des qualités indispensables du futur archevêque de Paris ?

« Evidemment, on n’attend pas de l’archevêque de Paris qu’il réagisse comme un cabri sur tous les sujets qui se présentent, et qu’il se précipite sur tous les micros. Il a forcément une capacité de distance et de réflexion », souligne sans détour le cardinal Vingt-Trois, d’autant plus que « pour des raisons d’économie et à certains moments par manque d’imagination, les médias ont tendance à s’adresser à l’archevêque de Paris plutôt qu’à un évêque des Pyrénées et des Alpes. On est plus sollicité et donc plus exposé ».

Au micro de Louis Daufresne, Mgr André Vingt-Trois analyse ensuite la mission des chrétiens dans la société actuelle. Il affirme notamment : « Si l’Evangile apporte quelque chose de particulier à la société humaine, ce n’est pas un volume supplémentaire de déclarations, c’est une mise en œuvre différente de la relation avec les autres ».

Pour écouter l’émission dans son intégralité :