le direct Musique sacrée

L’accompagnement spirituel : « Recevoir pour donner »

Un accompagnateur spirituel ? Pour Maxime de Gourcy, la question s’est posée suite à la lecture du livre « Chemin » de saint Josémaria Escriva de l’Opus Dei. Il nous partage son expérience.

Comment choisir ?

« Dans la vie, on a des coachs pour maigrir, des coachs professionnels » nous dit Maxime de Gourcy, alors pourquoi pas sur le plan spirituel ? Certes, choisir un accompagnateur spirituel ne va pas de soi. « Au début, il y a un saut » pour oser demander. Prêtre ou laïc consacré, le discernement se fait dans la prière. La personne « vit-t-elle de Dieu ? Partage-t-elle les combats que l’on voudrait mener ? ». « Est-on écouté, compris, accueilli, reçu, tel que l’on est et pas tel que la personne voudrait qu’on soit ? ».

Evidemment, il faut tenir compte de la disponibilité des personnes, car pour Maxime de Gourcy, la clé de l’accompagnement spirituel réside dans la régularité. « On galère sur certains points et on recommence, donc c’est comme dans la confession ». « Ce qui m’a beaucoup aidé, c’est de toujours fixer le rendez-vous suivant », ainsi c’est « comme un refuge, on s’y tient ! ».

Liberté et confiance enracinées dans l’amitié

La confiance est très importante, « on ne va pas se livrer et on ne peut pas se livrer à n’importe qui ». Avec le temps, une amitié se construit. « On est attendu ». Mais amitié ne veut pas dire facilité. Pour avancer dans son discernement, il y a une forme d’exigence dans l’engagement. « C’est se mettre à nu, c’est accepter que l’autre nous voit dans notre faiblesse ». « Plusieurs fois, j’ai eu la tentation de fuir, car la vérité m’était mise devant les yeux » nous confie Maxime de Gourcy. « Tomber, se relever et patience, il faut une vie pour changer, donc on n’a pas trop de temps ».

Néanmoins, dans l’accompagnement spirituel, on reste « pilote dans l’avion », dimension fondamentale sur laquelle insiste Maxime de Gourcy. En effet, cette démarche spirituelle effectuée dans la confiance doit toujours respecter notre liberté.

N’ayez pas peur et foncez !

Rythmes professionnels soutenus, effervescence du quotidien, l’accompagnement spirituel permet de « prendre de la hauteur, c’est le cadeau que l’on reçoit » promet Maxime de Gourcy. « Dans l’histoire de l’Eglise, derrière tous les grands saints, il y a souvent un saint qui a accompagné le saint ». La recherche de vérité permet donc aussi d’affronter les combats spirituels que nous rencontrons.

« Les prêtres ont un savoir du cœur humain, de nos faiblesses aussi, du pardon de Dieu ». Ils voient des personnes de tous les âges, dans toutes les situations… Alors foncez ! Un dernier conseil ? « Contrôle ce que tu peux contrôler et pour le reste, confiance, prière, abandon ».