le direct Musique sacrée

Sur le lac de Tibériade, nous ne guettons pas le poisson, nous guettons le Christ !

Suite de notre périple en Terre Sainte, sur les pas du Christ, nous avons longé les rives du lac de Tibériade. 

Poursuivre sur les pas du Christ, s’imprégner des lieux saints, nous pouvons essayer d’imaginer le Christ au loin, aux côtés de Pierre et des apôtres. Les lieux s’y prêtent difficilement tant l’afflux de pèlerins est constant. En Galilée, il y a un lieu central de la vie du Christ : le lac de Tibériade. Central parce que que vous soyez au monastère de Tabgha, à Capharnaüm ou encore sur les rochers de la Primauté de Pierre, vous voyez ce lac.

Tabgha est un monastère de religieuse bénédictine placé sous la protection de l’Eglise Allemande et non du Vatican… Les pèlerins y passent pour y admirer la mosaïque byzantine située dans l’église et datée du VIème siècle après J-C. La multiplication des pains et des poissons, miracle que l’on retrouve dans les quatre évangiles, y est représentée dans une célèbre mosaïque découverte en 1932.

Pour poursuivre notre périple, on ne peut respecter la temporalité des récits bibliques, elle sera donc géographique. Ce qui nous emmène à la primauté de Pierre. Primauté parce que c’est à cet endroit que le Christ demandera à Pierre : « Pierre m’aimes tu ? », c’est à cet endroit que Pierre deviendra le tout premier berger de l’Eglise. C’est à cette endroit que l’impression du Christ près de nos cœurs s’est le plus ressenti, face à ce vent sur la plage derrière la primauté, face aux vagues rythmant les pensées de tous pèlerins, face à ce lac de Tibériade, donc le brouillard vous permet d’imaginer Pierre au loin lançant ses filets, il y a quelque chose d’intact, de pure, parce que l’Homme n’a pu y toucher.

Town of Jesus Capharnaum - Photo de Camille Meyer
Town of Jesus Capharnaum – Photo de Camille Meyer

« S’il y a un endroit où Jésus vivant au-delà du temps, c’est à Capharnaüm » peut-on lire dans les guides de Terre Sainte, c’est là-bas que nous poursuivons ce pèlerinage. C’est toute la vie prophétique que nous pouvons revivre. Un panneau à l’entrée signale même que nous entrons dans la ville de Jésus. Si aujourd’hui la « ville de Nahum » n’est constituée que de ruines, la synagogue est restée en partie debout. Les Franciscains la mettent à jour à partir de 1905 et les fouilles se poursuivent encore aujourd’hui. Datant de l’époque de Jésus, en pierres blanches, la cour orientale est toujours debout. La  synagogue est orientée vers une église car Capharnaüm va s’embourgeoiser au VIIème siècle, c’est une période de cohabitation entre chrétiens et juifs. Cette ancienne église octogonale s’appelle « la maison de Pierre », aujourd’hui, il y a une construction bétonnée au-dessus avec un plancher en verre près de l’autel. Le village a été détruit en 614 comme la plupart de la région lors de l’invasion arabe.

Puis nous continuons à voguer mais cette fois sur le lac de TIbériade. Nous devenons ces pécheurs qui farfouillent le brouillard mais nous ne guettons pas le poisson, nous guettons le Christ. Christ que nous avons reçu dans l’eucharistie. Le père Guy Gilbert et le père Luc de Bellescize ont célébré la messe sur le bateau, au milieu du lac, au milieu de nulle part et pourtant nous n’avons jamais été aussi près des pas de Jésus.