le direct Musique sacrée

Pierre Rabhi, le choix de la sobriété heureuse

Le Grand Témoin de ce 15 novembre est Pierre Rabhi, romancier, poète, agriculteur bio, fondateur du mouvement Colibris. Son dernier livre, écrit avec Juliette Duquesne, s’intitule Les excès de la finance (Presses du Châtelet).

ExcèsPierre Rabhi est né dans le Sahara en 1938, dans une famille originaire de la région d’Oran (Algérie). Confié à un couple de français établis en Algérie, le jeune garçon reçoit une éducation bourgeoise et catholique. Après avoir vécu à Paris quelques temps, à la fin des années 1950, il décide avec sa femme de revenir à la terre : le couple s’installe en Ardèche en 1961. Une décision qui se justifiait difficilement dans la période des Trente Glorieuses.

« Nous n’avons jamais regretté, bien au contraire », affirme Pierre Rabhi, qui vit toujours dans ce petit coin de campagne cévenole avec son épouse, de manière très sobre. « Je me suis mis au service d’une façon d’être, d’une logique de vie, qui s’est révélée petit à petit comme étant assez pertinente », explique-t-il.

« Je suis allé de plus en plus vers le message initial et fondamental », témoigne Pierre Rabhi à propos de sa foi, « qui à mon avis devient de plus en plus pertinent. Mais je déplore ce qu’au nom du christianisme, on a pu faire de l’histoire.»

 « Pour moi, l’amour n’est pas restrictif : c’est aussi l’amour de la nature, l’amour des arbres, l’amour des créatures, l’amour de la Terre, ce n’est pas simplement amener les choses au niveau affectif », poursuit-il.

« Il faut absolument revenir au message initial : l’amour absolu et inconditionnel.»

L’invité de Louis Daufresne aborde ensuite divers sujets : l’Eglise, la pauvreté, la beauté de la nature, l’économie… Une invitation à vivre autrement et  librement : Pierre Rabhi nous montre que c’est encore possible aujourd’hui.

Pour en savoir plus, écoutez l’émission dans son intégralité :