le direct Musique sacrée

« Où cours-tu donc ? » : la réunion nationale des Chrétiens en grandes écoles 

Plusieurs centaines d’étudiants se sont rassemblés les 28 et 29 janvier à Lyon. Un prolongement des JMJ pour les aumôneries de quatre-vingt grandes écoles du réseau des aumôneries et communautés chrétiennes (CC).

rencontre-grandes-ecoles

Etudiants et catholiques

Presser le bouton « pause » pour « justement prendre du temps », tel était l’état d’esprit de Pauline, étudiante à Sciences Po Paris. Un objectif : comprendre que le seul qui maîtrise le temps, c’est Dieu. A travers trois dimensions : la prière, la formation, l’engagement. Divers temps forts ont ainsi été proposés aux étudiants : ateliers spirituels, messes, offices, témoignages, veillée. Le tout encouragé par une lettre du pape François qui, de Rome, enjoint les étudiants à diffuser la « culture de la miséricorde ».

« Un temps pour tout » (Ecclésiaste, 3, 1)

Le message a été expliqué par divers invités, notamment Fabrice Hadjadj, Pierre Giorgini et le cardinal Barbarin. Giorgini a décrit notre temps comme la « période de l’incommensurable ». Il a proposé de « monter en hélicoptère », à savoir prendre de la hauteur face à l’accélération du temps par les nouvelles technologies, pour en faire un usage raisonné. Hadjadj, quant à lui, a préféré prôner une « descente de l’hélicoptère » pour retrouver « l’élan de générosité de la vie » à travers la contemplation. Mgr Barbarin, enfin, a invité à ce que le Seigneur « coure en nous-même ».

Et après ?

Envoyés en mission. Telle a été l’injonction de la messe de clôture célébrée par le cardinal Barbarin dans la basilique de Fourvière. Ce dernier a demandé des saints. Un modèle : Gabriel Rosset, ancien élève de l’Ecole normale supérieure et fondateur du foyer Notre Dame des Sans-Abris, en procès de canonisation. Pour cela, chaque aumônerie a été confiée à la prière d’un monastère de France. Destination 2018 : Lille, où seront invités toutes les aumôneries étudiantes de France, universités comprises.