le direct Musique sacrée

Marine Le Pen a-t-elle une chance de remporter l’élection présidentielle ?

Il manque 12 points à Marine Le Pen pour remporter face à Emmanuel Macron. Peu de chances donc, mais en est-on si sûr ? Emmanuel Galiero nous livre son analyse dans Le Grand Témoin.

Emmanuel GalieroLe Front National et l’Union Européenne

Marine Le Pen s’affiche comme « l’anti-Macron » et souhaite imposer « le clivage entre les mondialistes et les patriotes » affirme Emmanuel Galiero, journaliste au Figaro et spécialiste du FN. « Si on fait le compte du premier tour, on s’aperçoit que les eurosceptiques étaient finalement assez nombreux ».

Marine Le Pen assume sa volonté de souveraineté pour la France, mais « ce n’est pas la fin de l’Europe comme certains le disent, c’est une nouvelle conception de l’Europe : une Europe des nations ». L’objectif est de « préparer une force capable de porter son projet et de réclamer des négociations au sein de l’UE pour des évolutions profondes » en partenariat avec un groupe de pays européens. Concernant la sortie de l’euro, « le discours a évolué » précise Emmanuel Galiero, la candidate souhaite rendre la décision aux Français par la voie du référendum.

« Remettre la France en ordre » : le programme du Front National

« Après cinq ans de Hollandisme, beaucoup de gens n’arrivent plus à faire face », elle est convaincue qu’« il y a un électorat populaire fragilisé qui peut être de Gauche ou de Droite ». « On ne peut pas sauver tout le monde », « Marine Le Pen se présente comme celle qui va poser des limites pour rétablir les comptes publics ». Pour réduire les dépenses, « elle revient sur la réforme territoriale en supprimant les régions ». Concernant l’immigration, elle préconise « un solde de 10000 et souhaite couper toutes les pompes aspirantes de l’immigration ». Par ailleurs, elle veut protéger « les couches défavorisées et les classes moyennes qui, dit-on, ont été matraquées par la pression fiscale ces dernières années ». Le vote Front National connaît une nette progression chez les fonctionnaires, « inquiets pour l’avenir de leurs outils de travail ». Ainsi, la candidate tient un discours rassurant en évoquant un plan qui s’étend « de l’hôpital à l’administration pénitentiaire, en passant par les services publics de proximité ».

Entre économie et valeurs : une France fracturée

Il existe un décalage grandissant entre « les grandes métropoles régionales, moteurs économiques, qui votent Macron » et « la France périphérique, tout autour, qui s’appauvrit ». Les élus locaux ne cessent de le rappeler, d’ailleurs « Macron n’avait pas été très bien accueilli par l’Association des Maires de France ». Marine Le Pen estime que « c’est la politique de François Hollande, soutenue par Macron aujourd’hui et portée par l’Union Européenne, qui suscite ces fractures ».

« Repoussoir politique pour beaucoup d’adversaires », le Front National paie le tribu de son image. Cependant, la présence de Marine Le Pen au second tour a le mérite de « créer un vrai débat ». Concernant les questions sociétales, « elle ne veut pas tomber dans le piège de Hollande qui a voulu les exploiter pour diviser la Droite. Ce sont des sujets très importants, d’ailleurs elle maintient sa position contre la loi Taubira, mais elle ne veut pas en faire des tonnes » précise Emmanuel Galiero, afin de ne pas en faire « un sujet politicien et instrumentalisé à des fins de stratégie ».