le direct Musique sacrée

Vie en société: mission impossible ?

Bienveillance et cruauté du monde sont-elles incompatibles ? C’est à cette question que tentent de répondre Isabelle Barth et Yann-Hervé Martin, auteurs de La Comédie de la vie au travail… et ailleurs . Une peinture des archétypes de personnalités pour en cerner l’essence même.

« L’insociable sociabilité »

Reprenant Kant, Yann-Hervé Martin explique que la vie en société est un « ajustement permanent » qui relève du « miracle ». Pour reprendre Shakespeare, nous apprenons à jouer notre rôle afin que la comédie sociale tienne. Cela par « peur de ne pas trouver notre place ». Chacun est à la fois ange ou démon, contenant en lui l’aspiration à se tourner vers les autres et le désir de les concurrencer. Tout homme sait qu’il ne peut pas construire son humanité sans les autres mais en même temps, il ne peut pas reconnaître son humanité sans être différent d’un autre.

Enjeux actuels

Aujourd’hui, de nouveaux obstacles à ce défi sont apparus. « On a déplacé la valeur travail », affirme Isabelle Barth. C’est-à-dire qu’on travail moins tout en surinvestissant nos attentes dans l’activité professionnelle : amitiés, épanouissement. Par ailleurs, la mise en scène de soi est perpétuellement encouragée, par les réseaux sociaux comme par les formations professionnels. Cela peut provoquer l’enfermement dans notre rôle. D’où la nécessité de tomber les masques de temps en temps.

Prendre du recul

Prendre conscience de cette « tension inhérente à l’humanité », telle est la solution promue par Isabelle Barth. Elle met en garde contre le danger de tout simplifier à l’excès Il s’agit de prendre de la distance par rapport à ces rôles, pour soi comme pour les autres. Yann-Hervé Martin met également en valeur les atouts de notre société, en évolution perpétuelle.