le direct Musique sacrée

Le mal est-il présent en chaque homme ?

Le mal, son origine et sa permanence : une interrogation perpétuelle sur laquelle s’est penchée la théologienne Viviane de Montalembert, Grand Témoin de ce 23 novembre.

9782204123914-59c3aca12bdc3Viviane de Montalembert a écrit récemment Des Morts et des Vivants, ouvrage publié aux éditions du Cerf.

Selon la théologienne, « le mal se situe chez les hommes, il n’est pas ailleurs. La Bible ne traite jamais du mal extérieurement à la volonté humaine », remarque cette lectrice assidue de l’Ecriture. Pour elle, « il y a sans doute une volonté purement mauvaise qu’on appelle le diable. Mais l’important est la façon dont ça se passe chez les personnes. Qu’est-ce que ça veut dire « un homme mauvais, une femme mauvaise » ? », s’interroge-t-elle.

Pour qui est habité par le mal, « il n’y pas d’autre, l’autre n’existe pas ». Les génocidaires le montrent tristement : dans leur esprit, les personnes à abattre « sont des animaux ».

La question du mal mène à la question de la relation. L’auteur du mal adopte un comportement d’hostilité immédiate ou de séduction immédiate, « ce qui est pareil. Ou j’annexe autrui, ou je le détruis, ou je le compte pour rien », analyse Viviane de Montalembert.

Toutefois, le mal « n’est pas dilué dans tout le monde, ce n’est pas ce que nous dit la Bible ». Des récits bibliques, comme l’histoire de Noé, et l’ensemble des psaumes dépeignent des comportements entiers, « l’impie et le juste ». « Il n’y a pas deux puissances du bien et du mal qui partageraient le cœur de l’homme », souligne l’invitée de Louis Daufresne.

« Quand vous acceptez que l’Ecriture vous commande, que la parole de Dieu en sache plus que vous, à ce moment-là vous apprenez à regarder le monde comme le regarde Dieu », ajoute l’auteure de Voir comme Dieu voit.

Dès lors, entrer en relation avec autrui demande, pour éviter que le mal ne s’y insère, d’ « être guidé par Dieu, à chaque instant ». « Quand vous appartenez à Dieu, vous voulez toujours l’amour », assure Viviane de Montalembert.

Il y aurait donc d’un côté les personnes bonnes, de l’autre les personnes mauvaises : n’y a-t-il pas quelque chose de très déterministe ?

Pour le savoir, écoutez l’émission dans son intégralité :