le direct Musique sacrée

Bernard et Aydée Negelouart, ex-otages en Colombie, racontent leur histoire

Le pape François arrive aujourd’hui en Colombie, mais quand on parle de Colombie on pense tout de suite à la violence, au narcotrafic et aux prises d’otages. Louis Daufresne a rencontré Bernard et Aydée Negelouart, ex-otages en Colombie.

La Colombie a changé aujourd’hui, les jeunes colombiens pensent davantage aux nouvelles technologies, à l’avenir, beaucoup plus radieux qu’au Venezuela voisin. Cette volonté de paix entamée par la Colombie est d’abord survenue dans les mentalités avec un cessé de feu avec l’ENL. L’armée de libération nationale a enlevé Bernard et Aydée Negelouart. Après l’accord signé en novembre avec les FARC, c’est 50 ans de conflit armé que le pays souhaite entériner. Les FARC qui sont aujourd’hui désarmés et reconvertis en parti politique légal. Il s’agit pour José Eduardo Dos Santos de parvenir enfin à une paix durable pour son pays déchiré par une guerre qui a fait au moins 8 millions de victimes entre morts, disparus et déplacés. C’est dire l’ampleur de l’évènement que l’on vit en ce moment avec la venue du Pape.

Bernard et Aydée Negelouart ont été enlevés par des guérilleros en mai 1999 avant d’être libérés en novembre de la même année:

Ils sont libérés sans égratignures. Leur histoire est racontée par Christina Lhomme dans le prix d’une vie (Balland). Voici le point de départ de cette histoire :

Mais d’où vient l’ENL ? Fondée en 1964 par des syndicalistes et des étudiants, pour la plupart formés à Cuba en s’inspirant de Che Guevara. L’année suivante, elle rejoint le prêtre colombien, Camillo Torres, suivis par trois curés espagnols, dont Manuel Perez qui ira jusqu’à commander la guérilla de l’ENL. Ce sont donc des religieux qui étaient partisans de la théologie de la libération, courant catholique latino-américain, prônant  un rapprochement avec les pauvres. Aujourd’hui l’ENL compte encore officiellement 1500 combattants, des milliers de miliciens mais elle affirme qu’ils sont beaucoup plus nombreux. Elle est dirigée par un certain Nicolas Rodriguez Bautista alias Gabino qui a rejoint la guerilla à l’âge de 14 ans et qui est devenu commandant de l’ENL en 1988. Il y a une différence avec les FARC, les Forces armées révolutionnaires de Colombie sont marxistes, elles ont signé la paix en novembre et déposé les armes.

Lorsque Aydée et Bernard Negelouart sont en Colombie, ils vont faire la connaissance des guérilleros de l’ENL, c’est donc entre les mains de l’armée de libération nationale, que pendant la messe, Bernard Negelouart va tomber, il est français, travaille pour Suez, sa vie va changer :

Sa femme a lutté pendant 6 mois pour la libération de son mari, elle-même, elle a passé une journée avec l’ENL, prise en otage. Elle raconte que son cas a été particulier, à cause de son enfant :

 

>> Vous pouvez réécouter le Grand Témoin dans son intégralité: Bernard et Aydée Negelouart, ex-otages en Colombie et Juan-Manuel Gomez-Robledo, ambassadeur du Mexique en France étaient les invités de Louis Daufresne.