le direct Musique sacrée

Caïphe : que sait-on du juge de Jésus ?

Il y a des personnes qui fascinent : ils sont entrés dans l’Histoire et ont eu l’audace d’y rester, même s’ils ont eu le mauvais rôle. Caïphe, le grand prêtre, en fait partie… Nicolas Saudray, Grand Témoin de ce 28 novembre, nous en parle.

Nicolas Saudray a fait carrière dans le milieu judiciaire, en tant que haut fonctionnaire et conseiller à la Cour de Cassation. Son dernier livre : Toi, Caïphe, le juge de Jésus (Michel de Maule).

309_450_428Parler de Caïphe est insolite car on le connaît assez peu. Il est cité dans les récits de la Passion, mais que sait-on de lui ? Ni sa date de naissance ni celle de sa mort. « On a juste la date de son avènement  comme grand prêtre et celle de sa chute, car il a été révoqué par l’autorité romaine », explique Nicolas Saudray. « On sait qu’il a été le gendre d’un précédent grand prêtre, Anân », ajoute-t-il. Les grands prêtres formaient alors de véritables dynasties.

Le roman se situe « environ sept ans après la mort de Jésus ». L’auteur du livre a « dû reconstituer l’homme à partir de peu de choses ».

Nicolas Saudray s’est appuyé sur « des sources concernant Pilate. C’est à travers Pilate qu’on arrive à reconstituer Caïphe », précise-t-il. « Il est vraisemblable que les deux hommes étaient très liés et que Caïphe était le véritable inspirateur. Pilate était sans doute un ancien militaire, un homme assez rude et grossier, et Caïphe le manœuvrait », selon l’invité de Louis Daufresne. « Caïphe était un homme très habile, il est resté en poste dix-huit ans », ce qui est exceptionnel au temps des Romains.

Dans l’actuel spectacle de Pascal Obispo, Jésus, Caïphe apparaît pourtant soumis à Pilate : « c’est une interprétation, mais je crois qu’elle n’est pas très logique », réagit Nicolas Saudray.

Caïphe le saducéen, « héritier de la tradition juive la plus ancienne », est-il un personnage qui permet de renouer le dialogue entre juifs et chrétiens ? Fait-il obstacle ou pont ?

Pour en savoir plus, écoutez l’émission dans son intégralité :