le direct Musique sacrée

L’ICP fait une entrée fracassante dans le XXIème siècle

L’Institut catholique de Paris (ICP) inaugure son campus transformé, après deux ans de travaux, la restauration de 4000 m2 de bâtiments et la création d’espaces inédits tels qu’un auditorium de 400 places flambant neuf, ou encore une salle de cinéma ! L’architecte Jean-Marie Duthilleul et Mgr Philippe Bordeyne, recteur de l’ICP, vous font visiter ce lieu historique.

 

Rayonner au cœur la citéMgr-Philippe-Bordeyne_0_730_555

Cela fait bientôt 150 ans que l’Institut Catholique de Paris a vu le jour. Situé au cœur du 6e arrondissement de Paris, au croisement de la rue d’Assas et de Vaugirard, la « Catho » s’est développée autour de la Maison des Carmes, bâtie en 1611 et de l’église St Joseph des Carmes. Si l’ICP aurait pu choisir de s’exporter en dehors de Paris dans un lieu bien plus vaste, le choix a été fait de conserver ces murs emprunts d’histoire et de spiritualité, et de les mettre en valeur.

 

 

Mgr Philippe Bordeyne s’explique plus en détail sur ce choix :

L’entrée dans l’ICP se fait désormais au 74 rue de Vaugirard. Constituée de trois arches qui laisse entrevoir quatre siècles d’histoire, elle donne à voir la façade restaurée de la maison des Carmes, baignée de lumière le jour et éclairée la nuit.

L’objectif est aussi de rayonner à l’international en ouvrant l’Institut catholique de Paris vers l’étranger. Forte de 135 partenariats signés avec des universités étrangères, l’université cherche à accueillir toujours plus d’étudiants étrangers et pousse ses étudiants à partir découvrir d’autres univers.

Faire signe et interpeller par la beauté de ce nouveau Campus, tel est l’un des principal enjeu de ce chantier. Le recteur de l’ICP explique :

jean-marie_duthilleul

Le soutien d’un grand architecte

Une fois cette décision prise, la nécessité de rénover et moderniser les installations a poussé le Recteur à faire appel à Jean-Marie Duthilleul pour ce projet immobilier. Cet architecte de renom a travaillé alors pour adapter l’ICP aux défis et aux étudiants du XXIe siècle tout en préservant l’esprit et le caractère du lieu. Auteur de nombreuses gares comme la gare Montparnasse à Paris, c’est lui qui avait aménagé  le Champ de Mars et l’hippodrome de Longchamp pour accueillir le Pape Jean-Paul II lors des Journées mondiales de la jeunesse 1997.

Le talent de Jean-Marie Duthilleul « pour se faire rencontrer les publics » a été très utile dans une université qui, bien que catholique, reste un lieu où se côtoient des étudiants de divers horizons et opinions. Maintenant les travaux réalisés, Mrg Bordeyne semble plutôt satisfait de cette collaboration :

Notre siècle devait montrer qu’il pouvait continuer cette histoire rappelle-t-il, citant les mots de Frank Lloyd Wright « Tout grand architecte est nécessairement un grand poète. Il lui faut être un interprète original de son temps ».

L’interprète original de son temps qu’est Jean-Marie Duthilleul, nous explique ce qui l’a animé en travaillant sur la rénovation de ce nouveau campus universitaire.

>> A réécouter aussi : Le Grand Témoin

« Continuer l’Histoire »

Pour Jean-Marie Duthilleul il s’agit aussi de continuer le travail commencé au début du XVIIe siècle, lors de la construction du couvent des Carmes. Depuis, chaque siècle avait marqué les lieux par des constructions ou des restaurations, notre siècle se devait de laisser lui aussi sa trace. Par une belle métaphore musicale, l’architecte du projet revient sur cette idée :

 

Une architecture tournée vers la mise en relation

L’architecte évoque sa volonté de créer la rencontre entre les publics à travers ses réalisations. C’est ce désir qui a guidé les plans de ce projet. Cette approche, particulièrement intéressante dans une université, nous est expliquée par son auteur.

 

Mais comment faire pour créer la rencontre ? Jean-Marie Duthilleul tente de nous l’expliquer en quelques secondes :

 

« La paix soit avec vous »

Pour cet ingénieur (diplômé de l’Ecole Polytechnique et  de  l’Ecole des Ponts et Chaussées), l’architecture par sa beauté permet d’amener un questionnement spirituel. Elle élève vers ce qu’il y a de plus grand que soi. Par son travail, l’architecte a voulu créer un espace de paix au cœur d’une université où 10 000 jeunes étudient chaque jour.

 

« Repenser ce que l’on étudie dans un cadre bâti »

Ce nouveau campus est une grande chance pour les étudiants de l’ICP. Alors qu’il permet aux étudiants de travailler avec les technologies de notre siècle, il leur offre la possibilité d’étudier des auteurs dans des lieux évoquant leur époque. Ce cadre privilégié est un atout pour l’ICP, alliant tradition et modernité.