le direct

Quand le théâtre se met au service des plus démunis

Une pièce de théâtre pour récolter des fonds, c’est le pari lancé, pour la seconde année, par la Croix Rouge de Sartrouville.


lespasperdus_vcroixrouge_webPlus de 57 000 bénévoles et 18 000 salariés, la Croix Rouge française est présente depuis de nombreuses années aux côtés des plus précaires. L’association, reconnue d’utilité publique, vit de dons des particuliers, de partenariats avec les entreprises et vente des produits et de services. Aujourd’hui c’est l’unité locale de Sartrouville qui a besoin d’aide. Elle organise samedi 14 et dimanche 15 janvier, une pièce de théâtre, jouée par la troupe amateur « Du rire aux larmes ». « Cela permet à une troupe locale de se produire et en même temps ça permet de procurer des fonds à notre unité locale« , explique Pierre Meyer, jeune retraité et vice président de l’unité locale, « le lien avec la troupe de théâtre est totalement due au hasard. Il s’est fait par l’intermédiaire du mari d’une de nos bénévoles, lui-même comédien amateur dans une troupe de théâtre. C’est donc grâce à ce contact et après avoir pu juger de la qualité de cette troupe de Carrières sur Seine (78) que nous avons décidé d’organiser ces représentations ».

« Pour faire vivre nos activités, et même si nous utilisons beaucoup de matériels récupérés nous avons besoin d’un minimum de fonds »

 Mis en scène par Bérengère Jean, « Les pas perdus » de Denise Bonal a pour point d’ancrage une gare, lieu de départ, de rencontre, de rupture. Les fonds récoltés par la vente des places permettra de financer les activités actuelles de la Croix Rouge de Sartrouville et elle lui permettra aussi d’en développer des nouvelles. « Pour faire vivre nos activités, et même si nous utilisons beaucoup de matériels récupérés (mobilier, fournitures de bureau, etc ..)  nous avons besoin d’un minimum de fonds : achat ou entretien de notre ambulance et de notre véhicule de maraudes, utilisation de radios et de téléphones portables pour les secouristes » souligne Pierre. L’essentiel du budget reste pour des aides sociales pour les plus démunis. « Sur demande des assistantes sociales, ou parfois sur des constats d’extrême urgence que nous pouvons faire, nous accordons des dépannages : fourniture de vêtements, délivrance de quelques chèques alimentaires permettant de parer au plus pressé, ou aides directes comme la participation au financement d’un arriéré de charges locatives, ou participation à des frais d’obsèques. » Il en va de même pour les jeunes mamans en difficulté. Il arrive à la Croix Rouge d’envoyer des couches, des petits pots et des boites de lait pour bébé.

« Quand on est bénévole dans une association d’aide aux autres, on a quelques préoccupations qui sont toujours les mêmes : donner physiquement de son temps à ceux qui en ont besoin, et disposer des fonds nécessaires pour accroître son potentiel d’aide, tout en cherchant à ce qu’elle soit juste. L’organisation d’opérations de recherche de fonds est donc une préoccupation permanente des responsables. Lorsque cette opportunité s’est présentée, nous n’avons pas hésité une seconde pour l’organiser », rajoute Pierre Meyer.

L’année dernière, la représentation avait permis de récolter près de 1800 euros. « C’était la même troupe mais elle avait joué ‘Petits songes entre amis’, devant la satisfation du public, on a recommencé », sourit Pierre. Ce weekend, l’enjeu est de taille. Les billets sont disponibles sur le site de Croix Rouge de Sartrouville. 

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *