le direct Musique sacrée

La très belle rétrospective Jean-François Millet au Palais des Beaux-Arts de Lille

La rétrospective Jean-François Millet (1814-1875) au Palais des Beaux-Arts de Lille est splendide. Et il ne faut pas la rater car les expositions sur Millet en France sont extrêmement rares (la dernière avait eu lieu en 1975 au Grand Palais).

Les œuvres de Millet sont dispersées à travers le monde avec beaucoup de tableaux aux États-Unis et au Japon. Certes, Orsay possède deux chefs-d’œuvre absolus, L’Angelus et Les Glaneuses, mais ces deux tableaux laissent la plus grande partie de l’œuvre méconnue. Et puis Millet souffre d’une image de « peintre paysan » qui lui colle à la peau. La conservatrice Chantal Georgel a effectué un travail remarquable pour qu’on relise l’œuvre de Millet. Certes, Millet a essentiellement peint des scènes de la vie paysanne de son époque, mais ces tableaux avaient une « portée universelle ». Millet, fils de paysans aisés du Cotentin, était imprégné de références littéraires et picturales très nombreuses qui fait que sa peinture est véritablement « savante ». A côté des scènes rustiques, on admire à Lille les tableaux intimes de la vie familiale que Millet a peintes et qui sont aussi riches de sens, lui qui fut l’aîné de huit enfants et qui en eut lui-même neuf ! Et il y a aussi de somptueux paysages, précurseurs de l’impressionnisme bien sûr, mais qui montrent à quel point l’œuvre de Millet est habitée par des sentiments religieux et d' »élévation » très profonds.