le direct Musique sacrée

Il a authentifié un Caravage : rencontre avec Eric Turquin

Eric Turquin est un des plus grands experts français de tableaux anciens. C’est à ce titre qu’en 2014 le commissaire-priseur de Toulouse le consulte pour authentifier un très grand tableau découvert par hasard dans le grenier d’une maison. Pour lui, c’est un Caravage.

Très rapidement, Éric Turquin s’engage : oui, il s’agit bien d’un Caravage, et ainsi  le tableau ancien le plus important découvert en France ces cinquante dernières années. L’œuvre, en très bon état, représente la scène biblique illustrée mainte fois par les peintres, Judith décapitant le général assyrien Holopherne. Le verdict d’Eric Turquin est immédiat car on savait que ce tableau était perdu, et qu’il en existe une très belle copie d’époque réalisée par le peintre et marchand Finson, conservée par une banque à Naples. Le tableau est présenté en grande pompe à la presse en 2016, et les spécialistes de Caravage peuvent alors l’examiner. Certains experts doutent encore, penchent plutôt pour une seconde copie. Les Italiens, les plus spécialistes de Caravage depuis qu’un des leurs, Roberto Longhi, a redécouvert ce génial artiste dans les années 1920, sont plutôt pour. Les Français, qui selon Eric Turquin, examinent plus avec leur raison qu’avec leur cœur, résistent encore. La France aurait d’ailleurs « un problème avec Caravage », selon Éric Turquin.  Et cela pourrait remonter à ce qu’avait dit Poussin à propos de Caravage qu’il détestait : « Il est venu sur terre pour détruire la peinture . » En attendant, les enjeux de la découverte de Toulouse sont passionnants et gigantesques : il n’y a que 64 Caravage à travers le monde, dont 3 au Louvre (à titre de comparaison, il y a plus de 300 Rembrandt), et plusieurs grands musées américains n’en possèdent aucun. Éric Turquin estime le chef d’œuvre à 120 millions d’euros. Pour l’instant, le tableau a été classé « trésor national », attend une authentification définitive, mais surtout une offre d’achat, que tous espèrent venir de la France…

Guillaume Sébastien

 

Eric Turquin raconte comment il a expertisé pendant deux ans ce tableau qui, pour lui, est sans aucun doute de Caravage. Réécouter Surexposition :