le direct Musique sacrée

Les apparitions mariales : des révélations pour conduire à la Révélation

A l’occasion du 100ème anniversaire des apparitions de la Vierge à Fatima, le père Gwenolé Feugang, le père Alain Bandelier et Bénédicte Drouin, reviennent sur ce qui fait la dévotion mariale, entre manifestations divines et foi des croyants.

Marie, mère du Christ et mère des hommes

Devenue mère de Dieu par son « fiat » à l’ange Gabriel, la Vierge est également « disciple » présente au pied de la Croix, nous dit le père Gwenolé Feugang, recteur de la chapelle de la Médaille miraculeuse. C’est au pied de la Croix que « chaque croyant reçoit Marie comme mère », une proximité mêlée de tendresse qui parle beaucoup aux hommes d’aujourd’hui.

« On peut remarquer que parfois les assemblées s’éclaircissent dans les paroisses, mais ce n’est pas du tout la même chose pour les sanctuaires », note Bénédicte Drouin, rédactrice en chef des hors-série chez Famille Chrétienne. « Marie est toujours celle qui accueille et console ». La Vierge « est véritablement la maman qui accompagne ses enfants, avec discrétion » nous dit le père Alain Bandelier, prêtre du diocèse de Meaux. « Elle ne se met pas au centre du mystère de la foi, mais elle en est au cœur ».

Une maternité spirituelle pour conduire au Christ

La Vierge se manifeste aux hommes, car elle ne reste pas indifférente à son peuple. A chaque fois, il s’agit de nous « rappeler un aspect de l’Evangile, afin que l’Evangile dans sa plénitude puisse s’incarner et vivre dans l’aujourd’hui des croyants », nous dit le père Gwenolé Feugang. Marie est médiatrice, elle intercède pour nous, néanmoins la prière est « le lieu théologique où la collaboration se fait entre le divin et l’humain, pour que l’histoire du Salut puisse avancer ».

Ainsi, la Vierge compte sur nous et a besoin que nous soyons « des âmes de prière » ajoute le père Alain Bandelier. « L’histoire du monde ne se fait pas seulement à coups d’élections, d’armements ou de financements. L’histoire se joue aussi dans le secret des cœurs ».

Différencier « les dévotions » de « la dévotion »

« Toutes ces dévotions, ces pratiques, sont au service de la vraie dévotion » explique le père Alain Bandelier en reprenant le terme de saint Louis-Marie Grignon de Monfort. « La dévotion véritable est le vœu, la consécration, la remise de soi-même entre les mains de Marie, pour qu’elle soit vraiment ma mère et ma reine ».

A la rue du Bac, la Vierge promet à ceux qui porteront la médaille dans la foi qu’ils recevront beaucoup de grâces. Mais concrètement, du point de vue matériel, la médaille ne vaut rien. C’est bien « Jésus qui opère le miracle », et ce « en vue du Salut et de la conversion » précise le père Gwenolé Feugang. On constate malheureusement que « certains chrétiens courent derrière les révélations privées, en négligeant la Parole de Dieu », or les révélations n’ont de sens que si elles conduisent à la Révélation.

« Prière et pénitence, c’est le message de Lourdes, de La Salette, de Fatima », il y a des variantes, mais le fond reste le même, remarque le père Bandelier. « Dans les apparitions, il y a une dimension collective », un appel pressant de la Vierge à la conversion des cœurs.