le direct Musique sacrée

France – Portugal : « L’esprit Fatima est esprit grand ouvert »

Telle est la définition donnée par le père Nuno, recteur du sanctuaire Notre Dame de Fatima à Paris. Une définition qui pousse à s’interroger sur l’écho des apparitions de Fatima en France, à l’occasion d’un échange entre les envoyés de Radio Notre Dame à Fatima et la communauté portugaise du 19e arrondissement de Paris.

Un sanctuaire à Paris

1854. Une église est construite pour faire mémoire de la libération de Paris. Le cardinal Lustiger lui assigne une mission, confiée à la communauté diocésaine portugaise : prier pour la ville de Paris. Une particularité : le patronage de « Marie médiatrice », sous la figure de Notre-Dame de Fatima. Elodie, fidèle du sanctuaire, affirme vivre la ferveur de Fatima « de façon très intense » et « démultipliée » lors des rassemblements. Nicolas, lui aussi, s’est attaché au sanctuaire, lieu de sa conversion un vendredi saint. Le père Nuno nuance toutefois. Même si « le message de Fatima est devenu global », il est délicat d’en transmettre la dimension sacrificielle aux jeunes: la « dimension de péché libre », le « besoin de changement intérieur ».

L’esprit français

Camille Meyer décrit les pèlerins qui « viennent chercher le calme ». Mais parmi eux, peu de Français métropolitains. Au contraire, l’Afrique francophone et les DOM TOM sont très représentés. Plusieurs hypothèses sur cette répartition de la présence : l’« arrogance » des Français face à la ferveur populaire pour Louis Daufresne, leur esprit cartésien. Nicolas ajoute que le sensationnel, amplifié par les médias, rebute. Quant à Elodie, elle fait cas de la « méconnaissance » de Fatima en France. Un chantier que le centenaire des apparitions va peut-être réveiller.