le direct Musique sacrée

Saint-Etienne du Rouvray : "c'est insupportable, mais nous n'allons pas prendre les armes, nous allons prier"

C’est du QG des Français à Cracovie que Mgr Dominique Lebrun a réagi à l’attaque terroriste de Saint-Etienne du Rouvray. Il a notamment évoqué la figure martyre du père Popiełuszko.

« De Cracovie, j’apprends la tuerie advenue ce matin à l’église de Saint-Etienne du Rouvray. Elle fait trois victimes : le prêtre, le Père Jacques Hamel, 84 ans, et les auteurs de l’assassinat. Trois autres personnes sont blessées dont une très grièvement. Je crie vers Dieu, avec tous les hommes de bonne volonté. J’ose inviter les non-croyants à s’unir à ce cri ! Avec les jeunes des JMJ, nous prions comme nous avons prié autour de la tombe du Père Popiulusko à Varsovie, assassiné sous le régime communiste.

Le vicaire général, le Père Philippe Maheut, est sur place depuis les premiers moments. Je serai dès ce soir dans mon diocèse auprès des familles et de la communauté paroissiale très choquée. L’Eglise catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes. Je laisse ici des centaines de jeunes qui sont l’avenir de l’humanité, la vraie. Je leur demande de ne pas baisser les bras devant les violences et de devenir des apôtres de la civilisation de l’amour ».

Dominique Lebrun
Archevêque de Rouen
26 juillet 2016

 

« Des sentiments divers nous habitent en ces instants. Nous savons bien pourtant que seule, la fraternité, chère à notre pays, est la voie qui conduit à une paix durable. Bâtissons-la ensemble », a déclaré un peu plus tard dans la journée Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France. L’archevêque de Marseille a invité « tous les Catholiques de France à une journée de jeûne et de prière pour notre pays et pour la paix dans le monde ce vendredi 29 Juillet ».

Quant au cardinal André Vingt-Trois, il a annoncé qu’il présiderait une messe ce mercredi 27 juillet à 18h15 à Notre-Dame de Paris. « Dans le moment présent, notre société a besoin de fortifier ses capacités de réaction dans la paix et la sérénité, faute de quoi elle ferait le jeu de la stratégie djihadiste ».

Sources : CEF, diocèse de Paris.