le direct Musique sacrée

Les lefebvristes rejettent la main tendue du Vatican

Le supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, Mgr Bernard Fellay, a indiqué que la communauté lefebvriste « ne recherchait pas avant tout une reconnaissance canonique ».

La Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX) ne souhaite toujours pas réintégrer le giron de l’Eglise romaine. Dans un communiqué publié ce 29 juin, le supérieur général de la Fraternité, Mgr Fellay, a précisé que la fin de la division qui perdure entre Ecône et le Vatican  ne « pourra se réaliser sans le soutien d’un pape qui favorise concrètement le retour à la Sainte Liturgie« . Ce dernier précise néanmoins attendre « ce jour béni ». « La proclamation de la doctrine catholique exige la dénonciation des erreurs qui ont pénétré en son sein, affirme le chef de la FSSPX, malheureusement encouragées par un grand nombre de pasteurs, jusqu’au pape lui-même ».

1988 : Mgr Lefebvre ordonne quatre évêque (DR/marcellefbvreinfo.com)
1988 : Mgr Lefebvre ordonne quatre évêques (DR/marcellefbvreinfo.com)

De nombreux gestes de la part du Vatican

Trois mois auparavant, le pape François avait rencontré Mgr Fellay dans un entretien qui s’était montré « positif » selon des sources vaticanes. Déjà l’an dernier, le Saint-Père avait envoyé une lettre au supérieur général de la FSSPX lui indiquant que les confessions des membres de la fraternités seraient jugées « valide et licite » aux yeux de Rome durant l’année de la miséricorde. Ce communiqué constitue donc un retour en arrière alors que les relations entre le Vatican et les intégristes semblaient s’améliorer. Par ailleurs, la date de publication de cet missive n’a pas été choisie au hasard puisqu’il s’agit du jour de la solennité de saint Pierre et saint Paul, fête déjà choisie en 1988 par Mgr Marcel Lefebvre pour l’ordination de quatre évêques (dont Mgr Fellay) sans l’accord du pape Jean-Paul II. Ce dernier avait alors excommunié les nouveaux évêques ainsi que Mgr Lefebvre et l’évêque co-consécrateur, provoquant un schisme.

Alors que les relations étaient pratiquement au point mort, Benoît XVI avaient fait un geste fort envers les lefebvristes en publiant en 2007 le motu proprio Summorum pontificum. Par ce biais, la messe en latin selon le missel de saint Pie V (forme extraordinaire du rite) chère aux traditionalistes pouvaient alors de nouveau être célébrée en toute légalité. Puis, deux ans plus tard, par un décret de la Congrégation pour les évêques, l’excommunication latae sententiae (c’est-à-dire de facto) qui frappait les quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre a avait été levée.

Au lendemain de cette déclaration du supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, le prélat chargé au Vatican des discussions avec les traditionalistes ne voit cependant “absolument pas une porte fermée“ pour leur retour dans le giron de Rome. Interrogé par I.MEDIA ce 30 juin, le secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, Mgr Guido Pozzo juge que Mgr Fellay adopte simplement une attitude “attentiste“.