le direct Musique sacrée

Le pape François appelle l'Iran à lutter contre le terrorisme

Dix-sept ans qu’un représentant iranien n’avait pas été reçu au Vatican. La dernière fois c’était en 1999,  Jean-Paul II recevait Khatami pour parler des rapports islamo-chrétiens. La rencontre entre François et Rohani, hier, a surtout tourné autour du rôle de l’Iran pour la paix au Moyen-Orient. 

« Oeuvrer pour la paix » c’est le message du Saint-Père au président de la république islamique d’Iran. Alors que le pays voit les sanctions levées au fur et à mesure depuis l’accord international sur le nucléaire iranien, les deux hommes ont « discuté de la vie de l’Église en Iran et de l’action du Saint-Siège en faveur de la promotion de la dignité de la personne humaine et de la liberté religieuse.  L’importance du dialogue interreligieux a été rappelé et le rôle des communautés dans la promotion de la réconciliation de la tolérance et de la paix ». D’après le communiqué du Vatican, l’actualité s’est invitée à la rencontre. La conclusion et l’application de l’accord sur le nucléaire d’abord ont été abordées avant que le pape souligne  «l’important rôle que l’Iran est appelé à jouer, avec d’autres pays de la région, pour promouvoir des solutions politiques adéquates aux problématiques qui affligent le Moyen-Orient, à la diffusion du terrorisme et au trafic d’armes». 

AFP/ANDREW MEDICHINI
AFP/ANDREW MEDICHINI

L’Iran reste un pays « anti-conversion »

Enfin il  faut tout de même rappeler que l’Iran se classe 9 ème dans l’index des persécutions des chrétiens en 2016. Près de 475 000 chrétiens ont été recensés et depuis 2005, les persécutions contre les minorités religieuses se sont aggravées. L’arrivée d’Hassan Rouhani avait pourtant été une source d’espoir dans un pays où le chiisme est religion d’État. Les lois doivent respecter la charia rendant difficile la liberté de culte. Les Iraniens n’ont toujours pas le droit de rentrer dans les Églises. « Seuls les Assyriens et les Arméniens sont considérés comme chrétiens. Les Perses (ou Iraniens de souche), eux, ont l’obligation d’être musulmans. » constate le site Porte Ouverte (qui publie l’Index des persécutions des chrétiens ndlr). 

Hassan Rouhani a tout de même conclu son entretien avec le Saint-Père en lui demandant de prier pour lui !