le direct Musique sacrée

La miséricorde à la lumière du cardinal Lustiger

« Laissez-vous réconcilier avec Dieu par le Christ ». C’était aux JMJ de Toronto en 2002 : dans une catéchèse intitulée « Amour et miséricorde », le cardinal Jean-Marie Lustiger parlait aux jeunes de la force du pardon et du sacrement de réconciliation. Une réflexion à découvrir dans un livre inédit.

« Le don de la miséricorde » est publié aux éditions Parole et Silence. On y trouve une série d’entretiens du cardinal Jean-Marie Lustiger datant de 1989 sur le « sacrement de la miséricorde ». Des entretiens réalisés à Radio Notre Dame et précédés par catéchèse donnée aux JMJ de 2002. Le livre contient par ailleurs les liens vers les enregistrements sonores.

« L’Église appelle avec force tous les catholiques, tous les hommes de bonne volonté, à entrer audacieusement dans le chemin de la miséricorde, de l’amour et du pardon. La miséricorde, c’est l’amour qui pardonne, qui nous apprend non seulement à donner, mais aussi à recevoir le pardon. La miséricorde, c’est la seule riposte qui désarme la violence, la haine, le péché« .  
Jean-Marie Lustiger

Jean-Marie-Lustiger-Le-Don-de-la-MiséricordeExtrait du livre

3. La grâce d’un cœur contrit
« Le cœur ‘endurci’, dur comme une pierre, est insensible. Et pourtant, Dieu veut le changer en cœur de chair et lui rendre la vie. La contrition, le cœur contrit, est comme une résurrection. Ce travail de conversion intérieure se réalise lorsqu’un homme, avec la misère de sa pauvre vie, son incapacité à faire la vérité en lui, son insensibilité à l’amour de Dieu pour lui, se retourne vers Dieu et balbutie : ‘Seigneur, vois dans quel état je suis ! Je voudrais t’aimer, mais je n’en ai même plus le désir. De grâce, fais-moi découvrir mon péché. Le sentiment de ma culpabilité ne peut m’en donner la mesure. Toi seul le peux, et l’amour dont tu m’aimes. Fais-moi donc comprendre combien j’ai refusé de t’aimer. Change en amour mon indifférence, transperce mon cœur, rends-le vivant. Permets-moi de recevoir ton pardon et d’aimer à nouveau afin de regretter de ne pas t’aimer' ».

Regard de l’exécuteur littéraire du cardinal Lustiger

L’exécuteur littéraire du cardinal Lustiger, Jean Duchesne, y voit un « message posthume du cardinal Lustiger ». « Que la miséricorde ne soit pas seulement une qualité de Dieu, mais encore un don, une grâce, un bienfait dispensé gratuitement, sans que le bénéficiaire le mérite, c’est aussi ce qu’a enseigné, entre autres, le cardinal Lustiger », explique-t-il. « Celui qui suit le Christ, qui est baptisé et rené dans sa mort et sa Résurrection, est ainsi invité à emprunter le même chemin, à prendre sa croix, à se donner et s’abandonner jusque dans le pardon. C’est de cette manière qu’il pratique à son tour la miséricorde, qu’il agit comme Dieu vis-à-vis des autres. Mais pour faire miséricorde, il faut soi-même la recevoir de Dieu, et c’est pourquoi c’est un sacrement, qui est lui-même le don qui associe au Donateur dont la gloire est l’humilité. Telle est la leçon que le cardinal Lustiger a reçue de l’Église et qui garde sa permanente actualité », conclut Jean Duchesne.