le direct Musique sacrée

Damien Le Guay : « L’Eglise prohibe tout folklore concernant la crémation »

Ce 25 octobre 2016, dans une Instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le Vatican a explicité sa position quant à la crémation. Eclairage avec le philosophe Damien Le Guay. 

Damien Le Guay était l’invité de Radio Notre Dame ce mardi 1er novembre à 7h30 dans l’émission « Le Grand Témoin », présentée par James Combépine

>> Réécouter cette émission

La question de la mort n’a plus de secret ou presque pour le philosophe et président du Comité national d’éthique du funéraireDamien le Guay. Il a écrit un opus à ce sujet : « La mort en cendres » aux éditions du Cerf et dirigé « Les morts de notre vie » aux éditions Albin Michel. Il a lu attentivement l’Instruction publiée par le Vatican.« L’Eglise tolère la crémation depuis le décret du 5 juillet 1963, tout en considérant l’inhumation comme la voie privilégiée par les catholiques », explique-t-il, « cette instruction explicite le décret de 1963 et porte sur tout ce qui est prohibé concernant la conservation, la transformation ou la division des cendres ».


« Les cendres doivent donc être mises dans une urne, elle-même placée dans un cimetière », explique Damien Le Guay, « pour offrir à la prière et la mémoire de tous, les restes de la personne que l’on accompagne dans la vie après la vie« .

Pourquoi choisir la crémation ?

Si l’on regarde les contrats obsèques actuels, la moitié de ces contrats ont opté pour la crémation. Damien Le Guay nous explique pourquoi et en quoi cela pose une question sociale.

La crémation : en parler et l’accompagner

Si cette pratique de la crémation est de plus en plus fréquente, petit à petit « les Français prennent conscience de ce qu’elle représente », souligne Damien Le Guay. Si le choix de la crémation est fait, « il faut impérativement en parler en famille« , insiste le philosophe.

>> A lire : L’Eglise et la crémation, « on ne fait pas n’importe quoi avec les cendres »