le direct Musique sacrée

St Stanislas Kazimierczyk : « l’eucharistie est tout ce que j’ai »

Lors de leur voyage en Pologne, les participants aux JMJ découvriront parmi les saints de Cracovie la figure de Stanislas Kazimierczyk (1433-1489), prêtre réputé pour sa profonde vénération de la sainte eucharistie. Il est fêté le 3 mai.

« L’eucharistie est tout ce que j’ai. J’ai tout ». On comprend par ces mots l’importance qu’avait ce sacrement dans la vie de ce prêtre de Cracovie.

St Stanislas Kazimierczyk

Né le 27 septembre 1433 dans la ville de Kazimierz (« Casimir », aujourd’hui quartier de Cracovie et connu comme étant le quartier juif), Stanislaw Soltys est le fils d’un riche bourgeois et conseiller municipal. Élevé dans la piété, le travail et le respect, il fit ses études à l’école paroissiale Corpus Christi puis étudia la théologie à l’Académie de Cracovie avant rejoindre l’Ordre des chanoines réguliers du Latran et d’être ordonné prêtre en 1462. A seulement 23 ans, il devint docteur en philosophie avant d’avoir son doctorat en théologie un an plus tard.

Il jeûnait beaucoup, se mortifiait silencieusement et veillait à prier pour les vivants et les morts, même au détriment du sommeil. Le soir, il errait dans les couloirs du monastère où il vivait, réconfortait les malades, bénissait les enfants. Mais, ce qu’il aimait par dessus tout, c’était l’Eucharistie. Il attendait la messe avec impatience et beaucoup de grâces découlaient pour les fidèles qui écoutaient son sermon.

Des visions du Christ, de la Vierge Marie et de St Stanislas

Stanislas Kazimierczyk était aussi un mystique. Pendant ses prières, la Vierge Marie lui serait apparu à plusieurs reprises. Une fois, il aurait vu la Mère de Dieu tenant l’Enfant Jésus dans ses bras, accompagné de St Stanislas (évêque de Cracovie et martyr). Marie lui aurait dit ces paroles : « Je suis heureuse que vous, mon fils Stanislas, m’entouriez avec votre saint patron en permanence par votre grande pitié. Je vous le dis, ayez et agissez avec du courage, parce que pour vous et pour mes saints, une récompense abondante attend dans le Ciel. »

Après plus de trente années de vie religieuse, sa santé se détériore. Alors qu’il vit ses dernières heures, le Christ lui serait apparu, en compagnie de la Vierge Marie. Jésus lui aurait dit : « Lève-toi, dépêche toi mon fils, Stanislas ! Aujourd’hui tu seras avec moi dans la gloire éternelle. » Après ses mots, et malgré une faiblesse extrême, il se mit à louer Dieu si fort que nombreux de ses frères vinrent le rejoindre dans sa cellule. Ému par la douleur qu’éprouvaient les moines devant la mort imminente de leur frère, Stanislas se serait mit à genoux, et les mains tendues vers le Ciel, aurait rendu son âme à Dieu. C’était le 3 mai 1489, il avait 56 ans.

Des centaines de miracles après sa mort

Il fut enterré en la basilique Corpus Christi de Cracovie, où l’on dénombrerait plus de 170 cas de guérisons miraculeuses par son intercession.

En 1969, le cardinal Karol Wojtyla, alors archevêque de Cracovie, célébra une messe devant l’autel de Stanislas lors de sa visite de la basilique Corpus Christi. Trois ans plus tard, il créa une commission chargée de rassembler les documents en vue de l’ouverture de son procès en béatification. Devenu pape, Jean-Paul II béatifia Stanislas Kazimierczyk en 1993. « Pour beaucoup, il a été un guide sur le chemin de la vie spirituelle », déclara le pontife polonais lors de la cérémonie de béatification.

Stanislas Kazimierczyk fut canonisé en 2010 par Benoît XVI. Ce dernier déclara à son sujet : « Toute sa vie était liée à l’Eucharistie, particulièrement au travers de l’amour ardent pour le Christ présent sous les espèces du pain et du vin ; au travers de la pratique de l’amour du prochain, dont la source et le signe est la communion ». En conclusion de la messe de canonisation, Benoît XVI ajouta que St Stanislas Kazimierczyk nous apprend « l’esprit de la prière, de la contemplation et du sacrifice pour autrui. Puisse-t-il maintenir à l’Eglise polonaise le soutien de Dieu ».