le direct Musique sacrée

Association Kif Kif : "Créer des ponts et sortir des sentiers battus"

Un an après les marches républicaines et les attentats de janvier 2015, gros plan sur l’association Kif Kif Vivre ensemble qui organise des rencontres-surprises.

Une immersion en Terre Inconnue : voilà l’objectif que s’est fixé l’association Kif Kif Vivre Ensemble. A un détail près : cette terre nous nous y pas si inconnue que ça, puisqu’il s’agit de la de notre région ! « Il s’agit de permettre à chacun et à chacune de rencontrer des personnes qui ne leur ressemblent pas », explique son fondateur Denis Griponne. Des rencontres à l’aveugle qui se font en régions, à travers des activités concrètes. « L’association fait le lien entre un ambassadeur qui propose une activité secrète et l’invité surprise. Nous organisons tout le rendez-vous et la personne ambassadrice va accueillir avec bienveillance la personne qu’elle reçoit et l’introduire dans son univers à l’occasion de cette activité ». Ambassadeur et invité : aucun des deux ne sait à l’avance qui il va rencontrer. « On imagine que des personnes peuvent se retrouver dans leur diversité, nouer des liens, se revoir éventuellement, ou en tout cas enrichir leur regard sur l’autre ». « Des rencontres interculturelles, intergénérationnelles, inter-quartiers, inter-milieux sociaux, interreligieuses », souligne Denis Griponne, « elles sont inter-tout ».

cuisine africaine« La diversité dans toutes ses dimensions »

« A l’origine, cette idée vient sans doute d’un constat », explique le fondateur de Kif Kif, « un constat qui repose sur le parcours qui est le mien. Je suis né dans l’est parisien, dans les cités HLM », raconte-t-il. « J’ai ensuite fait des études supérieures où j’ai rencontré des personnes différentes de celles avec lesquelles j’avais grandi dans mon quartier et je me suis rendu compte qu’entre ces différentes personnes il n’y avait pas forcément de lien, qu’elles ne se côtoyaient pas nécessairement, d’où l’intérêt de créer des ponts ». Denis Griponne le répète : « Quand on ne se connaît pas, on peut avoir tout type d’a priori, de préjugés et d’idées reçues sur les personnes que l’on n’a jamais côtoyées et cela peut aller jusqu’à une forme de rejet ». Chacun a quelque chose à apporter à l’autre : c’est également le coeur de la démarche de cette association qui a vu le jour il y a maintenant deux ans. Une expérience qui a porté ses fruits aux yeux de son cofondateur, qui se réjouit : « On a touché du doigt quelque chose d’on ne peut plus fédérateur ».

« On n’a pas attendu les attentats de janvier pour répondre à un réel besoin sociétal »microdon-2014_-yoh-et-florence

« En janvier, on était au terme de notre première phase de tests en région parisienne… La semaine qui a suivi les attentats, plein de gens lors de leur inscription, nous ont envoyé des messages d’une profondeur qui nous a bouleversés en terme d’encouragement et de sens qu’ils trouvaient dans notre projet. La dynamique a été galvanisée par toutes ces personnes qui nous ont rejoints ». Les profils de ces personnes sont très différents : des curieux, des gens qui souhaitent diversifier leurs loisirs, ils ont de 18 à 73 ans et des motivations très différentes.

Récemment, Mohammed a ainsi été l’invité-surprise de Sandra et Julien, un couple franco-portugais, lors du baptême de leur fils de 3 ans.

>> Découvrir leurs témoignages

Réécouter Réécouter Rencontre 

tc3a9moignage-fbk_-anton-rencontre-023tc3a9moignage-fbk_-mohamed-rencontre-023