le direct Musique sacrée

Stop bébé OGM : la nouvelle campagne d’Alliance Vita

L’association Alliance Vita a lancé ce 24 mai sa campagne visant à alerter l’opinion sur la nécessité d’encadrer une nouvelle pratique scientifique.

Quelle est cette nouvelle technique ? Elle est révolutionnaire. Des scientifiques ont réussi à mettre au point une combinaison biochimique (le CRISPR-Cas9) qui permet d’intervenir directement sur l’ADN (génome) de n’importe quelle cellule. Qu’elle soit végétale, animale ou humaine. En schématisant, elle permettrait de découper un gène et de le remplacer par un autre. Cela ouvrirait la voix au traitement de multiples maladies d’origine génétique.

13260234_1184682304889700_6935460438681737261_n
Affiche d’Alliance Vita sur la nécessité d’encadrer le CRISPR-Cas9

La nécessité de poser des limites

Selon Alliance Vita, il est nécessaire d’encadrer dès à présent l’utilisation de ce nouveau savoir scientifique. Des « garde-fous » afin de prévenir toute tentation de « transhumanisme ». D’après l’association, la Grande-Bretagne et la Chine utiliseraient déjà cette technique sur des embryons humains. Le terme bébé OGM désignerait un enfant né avec des modifications génétiques. Pour rappel, faire naitre un enfant dont les gènes ont été modifiés est aujourd’hui illégal en France. Le slogan « oui au progrès thérapeutique. Non à l’embryon transgéniqu » illustre le fait que le CRISPR Cas9 est une technique « novatrice, prometteuse et risquée » d’après eux.

En d’autres termes, « cette technique ouvre des perspectives thérapeutiques encourageantes, si elle peut être utilisée sur des personnes malades pour les soulager ou les guérir. Mais elle constitue dans le même temps une grave menace pour l’humanité si elle conduit à bricoler l’embryon humain pour fabriquer, de toutes pièces, des humains génétiquement modifiés : des « bébés OGM » ».

Nous avons interrogé Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita

13244809_1184984808192783_5979128070654607432_n

Qu’est-ce que le CRISPR-Cas9 ?

Est-ce obligatoire d’expérimenter sur l’embryon ?

Quelles conséquences devant la loi et pour la science ?

Vous avez, avec l’IFOP, interrogé les français. Quelles leçons tirez-vous de ce sondage ?

Qu’attendez-vous précisément de la France et des pouvoirs publics ?