le direct Musique sacrée

Henri Tincq : « le religieux nous revient comme un boomerang »

Les catholiques en politique : une surprise ? Pour Henri Tincq, cet étonnement est plutôt le fruit d’un leurre médiatique. Ce journaliste catholique spécialisé dans le domaine religieux analyse les modalités de la présence chrétienne en politique.

Un parti catholique ?

Si Henri Tincq nie toute tentative d’accession au pouvoir par les catholiques, il n’en note pas moins une résurgence des catholiques dans la sphère politique. Contre la vision des médias qui « collent une étiquette catholique » à la droite de François Fillon, il invite cependant à mesurer la diversité des tendances politiques. Au surplus, Henri Tincq affirme que le catholicisme n’a jamais cessé d’exister en France, en témoignent les 6% de catholiques pratiquants. Ce qui a changé, c’est la perception de la religion par les Français : on est passé de la « marginalisation » à l’« hystérisation ».

Le message des papes

Spécialiste du pape Jean-Paul II, Henri Tincq rappelle l’importance de transmettre sa mémoire. Et pour cause : l’« arpenteur du monde » voulait extraire l’Europe des idéologies. Son objectif : réconcilier les pays européens via leur patrimoine commun. Un legs toujours d’actualité, quand le pape François « parle à la globalisation ». Des tendances opposées ? Pas pour notre vaticaniste qui insiste sur la complémentarité des papes, ancrés dans les enjeux de leur temps.

La sobriété pour critère

L’exercice du pouvoir. Tel est le changement à opérer en politique, aux yeux d’Henri Tincq. Admirateur de l’Allemagne, il pose en exemple la figure d’Angela Merkel, au même titre que celle du pape François. Leur qualité : incarner « un pouvoir en même temps qu’une sobriété ».  Et la religion dans tout ça ? Henri Tincq souhaite s’inspirer de la « tradition du dialogue » germanique, quand Gérard Leclerc, dans son éditorial, invite la jeune génération à l’« invention d’une civilisation où Dieu ne doit pas être oublié ».

Réécouter le Grand Témoin avec Henri Tincq :