09.02.16 Marion Duchêne Catégorie(s) : Non classé

Le Carême, quarante jours de jeûne

Nous entrons ce mercredi 10 février dans la période du Carême. Une période de jeûne qui n’a pas les mêmes règles chez les catholiques, les protestants ou les orthodoxes. Quarante jours. C’est la durée de la période qui prépare les chrétiens à la fête de Pâques. 40 jours qui rappellent le jeûne de Moïse avant la remise des Tables de la Loi et…

Nous entrons ce mercredi 10 février dans la période du Carême. Une période de jeûne qui n’a pas les mêmes règles chez les catholiques, les protestants ou les orthodoxes.

(crédit "Réforme")
(crédit « Réforme »)

Quarante jours. C’est la durée de la période qui prépare les chrétiens à la fête de Pâques. 40 jours qui rappellent le jeûne de Moïse avant la remise des Tables de la Loi et les jours passés par le Christ dans le désert. Le nom Carême provient de la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie « quarantième ». Cette pratique remonte au IVème siècle et a été inscrite au calendrier actuel 300 ans plus tard. Mais les trois versants du christianisme ne célèbrent pas ce temps de la même manière.

Chez les catholiques : abstinence et faim de Dieu

Chez les catholiques, le Carême commence par le Mercredi des Cendres. Lors de cette messe, le prêtre trace une croix avec des cendres sur le front des fidèles en signe de fragilité de l’homme et de l’espérance en la miséricorde de Dieu.  « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Gn 3,19).

Le Carême est aussi et surtout marqué par une période de jeûne chez les catholiques.

Selon le code de droit canonique, « l’abstinence de viande ou d’une autre nourriture sera observée chaque Vendredi de l’année, à moins qu’il ne tombe sur l’un des jours marqués comme solennité ; mais l’abstinence et le jeûne seront observés le Mercredi des Cendres et le Vendredi de la Passion et de la Mort de notre Seigneur Jésus-Christ ». Le but est ainsi de donner faim en Dieu et en sa parole. « Ce n’est pas seulement un geste de pénitence, insiste la Conférence des évêques de France, c’est également un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône ».

Chez les protestants

La Réforme n’a en rien contesté l’importance du Carême pour les protestants en ce qui concerne la spiritualité, mais elle n’impose pas pour autant la pratique du jeûne ou d’une toute autre pénitence.

Chez les orthodoxes : une réelle ascèse

Les orthodoxes sont quant à eux très strictes sur la question du jeûne, qu’ils appliquent comme une « réelle ascèse ». En effet, pendant toute la période du carême, ils s’abstiennent tous les jours de viande, de lait, d’œufs, de fromage et de poisson. De plus, du lundi au vendredi inclus, ils ne prennent qu’un seul repas en milieu de journée, sans vin ni huile mais peuvent éventuellement prendre un repas léger le soir. Pour les samedis et les dimanches, deux repas avec de l’huile du vin sont autorisés en signe de fête. Pendant la Semaine Sainte, ils s’abstiennent de toute nourriture entre le repas du Jeudi-Saint et la liturgie du Samedi-Saint après laquelle ils prennent un repas de jeûne.

Partagez sur les réseaux sociaux :