le direct Musique sacrée

Persécution des chrétiens en 2015 : "l'année du débordement"

L’association Portes Ouvertes a rendu public son rapport mondial sur la persécution des chrétiens en 2015. 7100 personnes ont trouvé la mort pour leur foi en Jésus Christ. Deux fois plus qu’en 2014. 

Index mondial 2015

Cela fait 60 ans que Portes Ouvertes, association apolitique, est au service des chrétiens persécutés. Active dans 60 pays, elle est implantée dans 25 d’entre eux. Sur le terrain, elle observe et identifie toute forme de persécution, de la violence physique à la privation de droits, c’est-à-dire, « toute forme d’hostilité en raison de l’identification de la personne à Jésus Christ », explique Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France. Des résultats rendus publics chaque année dans un Index mondial de la persécution des chrétiens. D’un côté, il y a la persécution marteau, toutes les violences physiques et matérielles. De l’autre, la persécution étau, une violence d’oppression au quotidien qui touche aussi bien la vie privée, familiale, que la vie civile, sociale ou ecclésiale. La première source de persécution est l’extrémisme islamique qui frappe surtout l’Irak, la Syrie, la Libye et la Somalie.

graphique_des_eglises_ciblees-page1

« Ils enterrent leur Bible et ne disent rien à leurs enfants »

Pour Michel Varton, 2015 a été « l’année du débordement » : « Le djihadisme a touché de nouveaux pays et, conséquence direct, le nombre de réfugiés n’a fait qu’augmenter. Il y a également eu des réactions excessives de certaines pays », souligne-t-il, « et une croissance du principe de terreur ». Résultat : le nombre de chrétiens tués au nom de leur foi en 2015 a dépassé la barre des 7000. 2406 églises en ont détruites dont plus de 1000 en Chine. « Et ce n’est que le partie visible, car nous n’avons aucun chiffre concernant ce qui se passe dans les camps de Corée du Nord », ajoute Michel Varton. Pyongyang était autrefois appelée la « Jérusalem de l’Orient », aujourd’hui « les chrétiens sont obligés d’enterrer leur Bible au fond de leur jardin, de la lire la nuit et de ne pas en parler à leurs enfants de peur qu’ils ne les livrent accidentellement à la dictature », raconte le directeur de Portes Ouvertes France, « beaucoup préfèrent risquer leur vie pour passer en Chine ». La Corée du Nord reste en tête des 50 pays persécutant les chrétiens. Il y a aujourd’hui trois foyers de persécution dans le monde : le Moyen-Orient, l’Afrique (16 pays sur 50 sont africains), le monde hindou et bouddhiste.

L’Afrique subsaharienne : « une bombe à retardement »

Nigéria, Erythrée, Kenya : dans ces pays, la persécution a pour but de chasser les chrétiens, c’est une forme de « nettoyage ethnique », souligne Michel Varton, un « refus de coexistence ». Dans un village du Nigéria, 70 % des chrétiens ont ainsi été massacrés par Boko Haram, l’église a été attaquée à trois reprises et son pasteur protestant, Ibrahim a dû fuir à travers la jungle avec 62 personnes, 18 d’entre elles n’ont pas survécu, les autres sont arrivés dans des camps de réfugiés où « pour manger, elles ont dû se convertir à l’islam », explique Michel Varton. En Érythrée, une « dictature totalitaire » vide les églises. « Les chrétiens sont mis dans des conteneurs maritimes, enfermés dans des boîtes où il fait plus de 50° le jour et où il gèle la nuit ».

 carte_des_eglises_ciblees-page1

« L’Afrique est une bombe à retardement », lance Michel Varton, « il y a l’explosion démographique et petit à petit l’islam soufi est remplacé par un islam radical sous l’influence de l’Arabie Saoudite ». « N’oublions pas non plus qu’une violence peut en cacher une autre », conclut le directeur de Portes Ouvertes France. Cet Index mondial de la persécution des chrétiens en 2015 doit être présenté au Parlement européen la semaine prochaine, puis à l’Assemblée nationale dans une quinzaine de jours.

>> L’Inde, un pays à surveiller : témoignage